Tunisie: glissement vers l'autoritarisme

Tunisie: glissement vers l'autoritarisme

La Tunisie a longtemps été saluée comme une réussite du printemps arabe en termes de réforme démocratique. Mais sur le dos des obstacles économiques, le président tunisien librement élu brûle l'échelle qui l'a amené au pouvoir en resserrant son emprise sur le pouvoir, en ralentissant les institutions élues et en réprimant la dissidence.

Human Rights Watch et Amnesty International ont tiré la sonnette d'alarme concernant le glissement de la Tunisie vers l'autoritarisme au milieu d'une recrudescence des poursuites pour la liberté d'expression des personnes qui critiquent le coup d'État du président.

Le président a dissous le Parlement et remanié le gouvernement tout en reportant les élections législatives à juillet prochain, déclenchant la colère des forces pro-démocratie dans le pays.

« Défier publiquement le président et sa saisie de pouvoirs spéciaux, c'est risquer de se retrouver devant les tribunaux », a déclaré Eric Goldstein, directeur par intérim de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord à Human Rights Watch.

"Faire taire les critiques est doublement dangereux à un moment où le président est occupé à concentrer tant de pouvoir entre ses propres mains",...



a-t-il déclaré.

La critique du président risque des poursuites en tant qu'infraction au code de justice militaire car le président est le commandant en chef des forces armées en vertu de la constitution.

Le code de justice militaire punit jusqu'à trois ans de prison « toute personne, militaire ou civile, qui dénigre le drapeau, diffame l'armée ou incite les militaires à désobéir ou à critiquer les chefs militaires ».

Des lois répressives, y compris celles criminalisant la critique des institutions de l'État, sont restées en vigueur malgré la protection de la liberté d'expression par la Constitution tunisienne de 2014, a déploré Human Rights Watch.

La répression à l'intérieur est intervenue dans un contexte où la Tunisie se rapproche d'autres régimes autoritaires dominés par les militaires, comme l'Algérie voisine, qui n'a aucun intérêt à avoir un voisin démocratique.

Au milieu de cette répression, la Tunisie a condamné son ancien président Moncef Marzouki à quatre ans de prison pour « atteinte » à la sécurité de l'État.

Marzouki a déclaré que la décision avait été rendue par un président illégitime qui a renversé la constitution.

Commentaires