FMI : les perspectives pour l'Algérie restent incertaines et difficiles

FMI : les perspectives pour l'Algérie restent incertaines et difficiles

La pandémie a accru les « vulnérabilités économiques actuelles » de l'Algérie à la suite d'une succession de chocs défavorables depuis 2014, a déclaré le Fonds monétaire international (FMI), affirmant que « les perspectives pour l'Algérie restent incertaines et difficiles ».

À la suite d'une visite effectuée récemment en Algérie au cours de laquelle les services du FMI ont tenu des réunions avec des responsables sur l'évolution et les politiques économiques du pays, l'institution financière internationale a publié un rapport indiquant que « les importants déficits budgétaires et extérieurs courants des dernières années ont réduit l'espace politique, car la dette publique augmenté de manière significative et les réserves internationales ont diminué ».

« La hausse de l'inflation, reflétant la hausse des prix alimentaires internationaux et un épisode de sécheresse en Algérie, affecte également négativement le pouvoir d'achat des ménages », ont ajouté les experts du FMI.

Les principaux risques pour l'Algérie concernent l'évolution des prix du pétrole, la pandémie et l'environnement social et géopolitique, a souligné le Fonds dans son évaluation.

Il a affirmé...



que les vulnérabilités pré-pandémiques en Algérie persistent et que les risques pour les perspectives économiques sont à la baisse, malgré le récent rebond des prix des hydrocarbures.

En 2020, les déficits budgétaire et extérieur de l'Algérie se sont encore creusés et les réserves internationales du pays sont passées de 62,8 milliards de dollars en 2019 à 48,2 milliards de dollars fin 2020.

Le FMI avait appelé les autorités algériennes à entreprendre des réformes fondamentales pour renforcer la transparence et la gouvernance des institutions juridiques, fiscales et monétaires dans l'ensemble du secteur public et réduire les obstacles à l'entrée dans le secteur formel.

En juin 2021, l'inflation moyenne annuelle en Algérie s'est accélérée à 4,1 pour cent en raison de la hausse des prix alimentaires internationaux combinée à un épisode de sécheresse, tandis que la croissance restera probablement modérée, à moyen terme, en raison des contraintes sur la production d'hydrocarbures, des coupes dans les investissements décidées en 2020, et les politiques actuelles limitant le crédit au secteur privé.

Commentaires