Après Israël, le Qatar et l'Italie à la recherche de pétrole dans les eaux marocaines

Après Israël, le Qatar et l'Italie à la recherche de pétrole dans les eaux marocaines

Le Maroc a accordé une licence d'exploration à une société italo-qatarienne pour rechercher du pétrole au large de Tarfaya.

Qatar Petroleum a conclu un partenariat avec Eni Maroc pour explorer la zone de l'océan Atlantique entre Agadir et le Sahara marocain.

Le permis d'exploration couvre une superficie de plus de 23 900 kilomètres carrés et comprend des études géologiques et géophysiques.

Qatar Petroleum a racheté plus de 30% des 75% des parts que la société italienne Eni avait acquises dans sa succursale au Maroc (Eni Maroc) en 2019. Les 25 pour cent restants sont entre les mains de l'Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM).

L'Espagne inquiète

L'annonce du permis...



d'exploration survient à un moment où les inquiétudes montent aux Canaries. Tarfaya est située en face de l'île de Fuerteventura et les autorités locales s'inquiètent d'une éventuelle découverte de pétrole ou de gaz, selon le quotidien espagnol El Espanol. Un accident peut avoir des conséquences catastrophiques pour l'environnement sur le vaste territoire.

Les permis d'exploration pétrolière et gazière que le Maroc a récemment accordés à la société israélienne Ratio Petroleum Partnership ont déjà suscité l'inquiétude aux Canaries. Début novembre, Madrid a rassuré les habitants des archipels en déclarant que les explorations pétrolières israéliennes près de Dakhla, au Maroc, n'avaient « aucun impact » sur les eaux espagnoles.

Commentaires