Panorapost



Maroc |

Publié le 21 mai 2018

Le gouvernement marocain, la CGEM et l'ONU s'associent pour soutenir l'intégration des réfugiés au Maroc

Partager cet article :

Le gouvernement marocain a signé un accord tripartite avec les Nations Unies et la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) pour soutenir l'intégration économique des réfugiés au Maroc.

Un communiqué publié par le ministère des Affaires étrangères a souligné l'accord, signé le 18 mai, dans lequel la CGEM travaillera avec les réfugiés pour développer leurs compétences professionnelles et augmenter l'employabilité dans le secteur privé. En tant que syndicat des chefs d'entreprise au Maroc, la CGEM s'engage à promouvoir l'autonomie économique de toutes les populations vulnérables par le biais d'ateliers et de développement des compétences.

Alors que la CGEM développe les compétences professionnelles des réfugiés, le HCR , également connu sous le nom d'Agence des Nations Unies pour les réfugiés, renforcera la formation et l'emploi pour sensibiliser et ouvrir des opportunités d'emploi dans les entreprises marocaines.

L'accord s'inscrit dans le cadre de la Stratégie nationale pour les migrations et l'asile du Maroc , initiée en 2013, et du Pacte mondial des Nations Unies pour la migration . La stratégie marocaine de régularisation des migrants et les politiques d'intégration socio-économique constituent des aspects clés de la stratégie nationale de migration. Au niveau international, le Pacte mondial vise à favoriser une plus grande coopération internationale et à créer une réponse internationale multiforme et coordonnée à la migration humaine.

Ahmed Eskim, Directeur des affaires d'immigration du Ministère marocain des affaires étrangères et de l'immigration, a assisté à la signature de l'accord tripartite; M. Salah Eddine Qademiri, Vice-général de la Fédération générale des entrepreneurs marocains, et Mme Bettina Gambirt, Représentante adjointe du HCR au Maroc.

Les migrants au Maroc émigrent principalement de 38 pays, dont le Sénégal, le Mali, le Cameroun et le Nigeria. Le communiqué de presse a noté les connaissances approfondies et les compétences de nombreux réfugiés et l'impact positif que leurs compétences pourraient créer dans le secteur privé marocain.

MN

Partager cet article :
Articles similaires

Commentaires