Panorapost



Maroc |

Publié le 26 février 2018

Akhannouch répond, indirectement, aux attaques de Benkirane

Partager cet article :

En début de mois de février, l’ancien chef du gouvernement et du PJD Abdelilah Benkirane avait pris la parole lors d’un congrès de la Jeunesse de son parti, et il avait dit pis que pendre du RNI, de son président, de l’USFP et de son Premier secrétaire. Profitant de la tenue d’un meeting important du RNI à Agadir, ce samedi 24 février, pour présenter l’offre politique de son parti, Aziz Akhannouch a répondu, sans citer le nom de Benkirane.

Après avoir exposé l’intense activité du RNI durant l’année écoulée et présenté l’offre politique de son parti, le président et ministre de l’Agriculture a indiqué « que ceux qui disent que le RNI s’apprête déjà aux élections affirment ce qu’ils veulent, mais nous, on ne laisse pas la place vide, et nous sommes un parti qui travaille en continu, un parti structuré, qui participe et occupe sa place dans les débats sociétaux et nationaux. Que l’on sache que les élections ne sont pas un objectif en soi pour le RNI, et qu’elles ne constituent pas non plus un obstacle ».

Cela, c’est pour l’approche générale… et plus précisément, d’une manière plus caustique, Aziz Akhannouch poursuit : « On parle le langage des programmes, des idées et des projets, on évite de déraper, d’accuser les gens… On est fiers de nos alliés au gouvernement et nous sommes solidaires avec eux, car ce sont nos valeurs et notre éducation… Et tout cela n’existe semble-t-il pas chez certains de nos adversaires qui veulent nous dominer (yetbourdou 3lina, en VO) » …

Et le président du RNI de revenir sur les attaques personnelles de Benkirane, qui l’avait pris directement et personnellement pour cible : « Moi, Aziz Akhannouch, ai grandi dans une famille nationaliste et patriote. J’ai eu l’occasion et la chance de passer de la campagne à la ville, puis à la région, et enfin au niveau central, moi qui ai grandi dans un petit village. Les gens me connaissent bien et connaissent ma famille ».

Puis, lors d’un point de presse organisé avec la presse digitale, et répondant à une question sur l’état de la majorité gouvernementale, Aziz Akhannouch affirme que « nous sommes tout à fait à l’aise au sein de ce gouvernement et nous irons jusqu’au terme de son mandat… Nous sommes en excellente relation avec Saâd… », en allusion à Saadeddine Elotmani, chef du gouvernement, du PJD et de l’alliance gouvernementale.

Dans son allocution du 3 février, Abdelilah Benkirane avait voulu faire exploser la majorité en attaquant le RNI et l’USFP. Il avait rudement cogné sur Akhannouch, en présence d’Elotmani qui n’avait pas quitté la salle, veillant au bon déroulement du congrès de la Jeunesse. On avait alors parlé d’une crise gouvernementale, mais tout cela est passé, et le coup de Benkirane semble avoir, finalement, fait, pshiiit.

AB

Partager cet article :

Commentaires