Panorapost



International |

Publié le 22 octobre 2018

Le classement 2018 des 100 «leaders économiques africains de demain», selon l’Institut Choiseul

Partager cet article :

Les Marocains, les Nigérians, les Sud-Africains et les Kényans dominent l’édition 2018 du classement «Choiseul 100 Africa-Les leaders économiques de demain», réalisé par l’Institut Choiseul, un think tank basé à Paris.

Le Maroc place 10 jeunes dans ce classement, publié chaque année, qui «identifie, recense et classe les jeunes dirigeants africains de 40 ans et moins, appelés à jouer un rôle majeur dans le développement économique du continent dans un avenir proche». Le Nigeria occupe la deuxième position dans ce classement avec 9 leaders économiques de demain, devant l’Afrique du Sud (8), le Kenya (7), l’Egypte (6), la Côte d’Ivoire (5) et l’Algérie (5).

Pour élaborer ce classement, l'Institut s'est basé sur trois principaux critères : Avoir la nationalité d'un des 54 pays africains, avoir moins de 40 ans et avoir une contribution active dans le développement économique de l’Afrique. L’Institut a également fait appel à de nombreux experts et spécialistes du continent, pour réaliser ce classement.

Plusieurs critères pondérés ont été pris en compte tels que l’image et la réputation, le parcours et les compétences, le pouvoir et la fonction, l’influence et les réseaux, le potentiel et le leadership. La somme des points obtenus dans les différentes catégories de critères précitées, détermine la place de chacun des lauréats dans le classement final.

Elus marocains

Cette année, le Maroc est représenté dans le top 100 par dix chefs d’entreprise, parmi lesquels une femme. Deux de plus qu’en 2017, année durant laquelle le pays était le second le plus représenté d’Afrique avec 8 personnes. Le royaume est le premier représentant du Maghreb dans ce classement devant l’Algérie, qui compte 6 « jeunes leaders » et la Tunisie, représentée par un seul chef d’entreprise.

Voici les 10 Marocains figurant dans le top 100 du classement de l’Institut Choiseul:

Idriss Bensmail, 8 è :Le premier Marocain du classement se trouve à la 8e place. Idriss Bensmail, 40 ans, est directeur général adjoint de la BMCI. Ce dernier, passé par l’EDHEC et Harvard, est également membre du directoire en charge de la BMCI depuis 2013.

Badr Alioua, 13 è : Autre banquier en tête de ce classement, Badr Alioua, 38 ans, directeur général à Attijariwafa Private bank. Diplômé de Polytechnique Paris et Ponts ParisTech, il a été de 2008 à 2016 directeur général de Wafa Gestion.

Sarah Kerroumi, 16 è : Secrétaire générale de Yna Holding, elle est, à 38 ans, la seule femme marocaine du classement. Passée par les bancs de l’Université Al Akhawayn à Ifrane et Johnson & Wales, aux États-Unis, elle a été directrice du département audit & contrôle d’Al Karma de 2009 à 2013.

Saad Sefrioui, 29e ; Saad Sefroui, 36 ans, est directeur général délégué d’Addoha. Après des études à l’Université de Paris et HEC Montréal, il devient en 2011 chargé de mission à Addoha Groupe.

Marouane Ameziane, 33 è : Diplômé de Mines ParisTech et Oxford, Marouane Ameziane, 35 ans, est directeur exécutif de la stratégie et du développement à l’OCP. Entreprise dans laquelle il occupait le poste de chef de cabinet de 2012 à 2014.

Omar Belmamoun, 43è : Passé par HEM Business School, ISEM Montpellier et Harvard, Omar Belmamoun, 37 ans, est président-directeur général de Platinum Power. Il est aussi depuis 2009 directeur général du fond privé d’investissement Brookstone Partners.

Mohamed Ben Ouda, 71 è : Après avoir étudié à l’IAE France, l’École supérieure de commerce Nantes et le CNAM (Conservatoire national des arts et métiers), Mohamed Ben Ouda, 39 ans, a pris la direction générale de Palmeraie Développement. Il avait précédemment occupé la fonction de président-directeur général de la SNTL de 2015 à 2017.

Kamil Senhaji, 79 è : Diplômé de l’Université Mohamed V de Rabat et l’Université Paris V, Kamil Senhaji, 39 ans, est directeur de Galileo Global Education pour la région Afrique-Moyen-Orient-Asie. De 2015 à 2018, il a été directeur du comité de direction de JCDecaux Africa.

Moulay Mhamed Elalamy, 86 è: Après des études à l’Institut Le Rosey, en Suisse, et l’université de Colombie-Britannique, Moulay Mhamed Elalamy, 30 ans, est secrétaire général de Saham Group de 2015 à 2017 avant de devenir président-directeur général de Saham Assurance.

Mohamed Alami Berrada, 91è : Passé par l’ESSEC-Mannheim, la Hertie School à Berlin et Harvard, Mohamed Alami Berrada, 39 ans, est pendant dix ans directeur du développement à Yasmine Immobilier, qu’il quitte en 2017. Il est désormais conseiller pour l’emploi au service de la présidence du gouvernement. Il est aussi écrivain. L’an dernier était publié son deuxième livre « Lettre à mon fils, être Marocain au XXIe siècle ».

La rédaction

Partager cet article :

Commentaires