Panorapost



Economie |

Publié le 10 octobre 2018

Les exportateurs français de blé s'attendent a des importations marocaines de 3 millions de tonnes

Partager cet article :

Les exportateurs français de blé s'attendent à ce que le Maroc importe 3 millions de tonnes de blé tendre lors de la campagne 2018/19 à la suite de la suspension des droits de douane, a annoncé mardi l'agence française de promotion des exportations de céréales.

Environ 45% des importations marocaines de blé tendre devraient être d'origine française, a annoncé l'agence française dans une présentation aux journalistes à Casablanca.

La France a la quantité et la qualité pour approvisionner le marché marocain avec 50% de ses importations de blé, a déclaré le président de l'agence française Philippe Heusele à Reuters.

Yann Lebeau, directeur de l'agence pour les pays du Maghreb et de l'Afrique, s'est dit préoccupé par «les prix agressifs fixés par la Russie et l'Ukraine» au moment où la demande était supérieure aux offres.

«La pression sur les prix est plus forte cette année», a-t-il déclaré. Les importateurs achetaient donc le plus tôt possible.

« Nous commencerons les exportations vers le Maroc le 1er novembre, date à laquelle le Maroc suspendra les droits de douane sur le blé tendre », a-t-il déclaré.

La semaine dernière, le Maroc a annoncé que les droits sur le blé tendre seraient supprimés à compter du 1er novembre afin d'assurer un approvisionnement régulier et d'éviter une flambée des prix sur le marché intérieur.

L’annulation des droits fait suite à la lenteur de la collecte de la production nationale.

Pour protéger les récoltes locales, le Maroc a imposé un droit de douane de 135% sur les importations jusqu'au 31 octobre.

Cette décision fait suite à une production céréalière exceptionnelle de 10,3 millions de tonnes cette année, dont 4,91 millions de tonnes de blé tendre, 2,42 millions de tonnes de blé dur et 2,92 tonnes d'orge.

Chakib Alj, président de la fédération marocaine des minoteries, a déclaré que la priorité serait accordée aux importations de blé russe et ukrainien, qui offre « la meilleure offre en termes de prix et de qualité ».

« Le blé français ne commencera à entrer sur le marché marocain qu'en février ou en mars, selon qu'il reste du blé russe ou ukrainien », a-t-il déclaré.

Les importations marocaines de blé dur devraient atteindre environ 0,7 million de tonnes, a-t-il ajouté.

La France a fourni 30% des besoins en blé tendre du Maroc l'année dernière, suivis de 13% du blé américain, qui bénéficient tous deux d'un accord tarifaire préférentiel, a-t-il déclaré.

Après l'annulation des droits de douane sur le blé tendre cette année, « tout le monde est sur un pied d'égalité », a-t-il déclaré, ajoutant que le Maroc importait en moyenne pour 65 ans 65% de ses besoins en blé tendre.

Les réserves marocaines de blé couvrent 4,3 mois des besoins des usines locales, a indiqué le ministère.

L'approvisionnement en blé est la clé de la stabilité du Maroc car le pain et la semoule sont des aliments de base pour une population de 35 millions d'habitants.

MN

Partager cet article :

Commentaires