Panorapost



International |

Publié le 14 septembre 2018

L'ONU dénonce des représailles sur des militants des droits de l'homme dans 38 pays

Partager cet article :

Les Nations Unies ont répertorié 38 pays dont la Chine et la Russie, qui auraient exercé des représailles ou des actes d’intimidation contre des personnes qui coopéraient pour des violations des droits humains.

Le rapport annuel du secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, incluait également des allégations de mauvais traitements, de surveillance, de criminalisation et de campagnes de stigmatisation visant les victimes et les défenseurs des droits humains.

«Le monde le doit à ceux qui défendent les droits de l'homme, qui ont répondu aux demandes d'information et de dialogue avec les Nations Unies, afin de s'assurer que leur droit de participer est respecté», a écrit Guterres.

« Punir les individus pour avoir coopéré avec les Nations Unies est une pratique honteuse que tout le monde doit faire plus pour éradiquer. »

Les 38 pays comprenaient 29 pays avec de nouveaux cas et 19 avec des cas en cours ou continus.

Les nouveaux cas étaient à Bahreïn, au Cameroun, en Chine, en Colombie, à Cuba, en République démocratique du Congo, à Djibouti, en Égypte, au Guatemala, au Guyana, au Honduras, en Hongrie, en Inde, Rwanda, Arabie saoudite, Soudan du Sud, Thaïlande, Trinité-et-Tobago, Turquie, Turkménistan et Venezuela.

Les gouvernements accusaient fréquemment les militants des droits de l'homme de terrorisme ou les accusaient de coopérer avec des entités étrangères ou de porter atteinte à la réputation ou à la sécurité de l'État, a-t-il ajouté.

« (Il y a) une tendance inquiétante dans l'utilisation des arguments de sécurité nationale et des stratégies antiterroristes par les États pour justifier le blocage de l'accès des communautés et des organisations de la société civile aux Nations Unies », indique le rapport.

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Geng Shuang, interrogé sur le rapport jeudi, a déclaré qu'il « n'était sérieusement pas d'accord avec les faits » et que la Chine avait fait des « représentations solennelles » aux Nations unies.

«La Chine est un pays de droit», a déclaré Geng. « Quiconque utilise le nom des droits de l'homme pour diviser la nation, défier notre système politique ou créer une instabilité sociale sera puni conformément à la loi. »

Les femmes qui coopéraient avec l'ONU avaient signalé des menaces de viol et étaient victimes de campagnes de diffamation en ligne et le personnel des Nations Unies rencontrait souvent des personnes qui avaient trop peur de leur parler, même au siège de l'ONU à New York et à Genève.

Le Sous-Secrétaire général des Nations Unies aux droits de l'homme, Andrew Gilmour, qui présentera le rapport au Conseil des droits de l'homme la semaine prochaine, a déclaré dans un communiqué que les cas mentionnés dans le rapport étaient la pointe de l'iceberg.

«Nous voyons également de plus en plus d’obstacles juridiques, politiques et administratifs pour intimider - et faire taire - la société civile», a-t-il déclaré.

MN

Partager cet article :
Articles similaires
You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MariaDB server version for the right syntax to use near 'homme[[:>:]]' ) ORDER BY ID DESC LIMIT 0 , 5' at line 1