Panorapost



Opinions |

Publié le 05 juin 2018

Rétro n°8 : Elotmani « les » a compris !, le sourire (jaune) de la laitière, we don’t need no education, MHE et malhama…

Partager cet article :

La fadeur n’est pas passée, elle ne passera jamais…

Lundi : A la très solennelle tribune de la Chambre des représentants, le chef du gouvernement lance gentiment son « je vous ai compris » à ceux qu’il appelle les « jeunes de Facebook », avec lesquels il se dit, abusivement, « en accord » car « nous et les jeunes de Facebook sommes contre la rente, contre la corruption ». S’il le dit, croyons-le, cet homme est sincère ! Et il l’est plus quand il dit que « nous allons faire ce qu’on peut, car il y a des choses qu’on ne peut faire », et il y en a même beaucoup que ce qu’on peut faire ! Pour mieux expliquer le propos de notre chef du gouvernement, empruntons la formule d’un autre (désormais ex) chef du gouvernement, tout près de chez nous, Mariano Rajoy : « Je ferai tout ce que je peux et même un peu plus que ce que je peux si c'est possible, et je ferai tout mon possible et même l'impossible si l'impossible est aussi possible ». Pourtant, à l’impossible, nul n’est tenu, surtout quand il s’accroche à un fil ténu.

Mardi. Centrale Danone annonce la baisse de 30% de ses collectes de lait et la rupture de contrats avec les intérimaires, en « nombre significatif » selon le DG de Danone, un millier selon le ministre Daoudi. L’entreprise est en difficulté, amen ! Et c’est donc sans aménité qu’elle entame ce qui ressemble bien à un plan social… qui suit celui de ces dernières années ! Compréhensible et justifié, largement… à la condition que M. Lamblin, cet homme qui a troqué depuis longtemps ses dents de lait pour des dents longues, nous explique seulement, s’il le veut bien, comment et pourquoi le résultat net de « sa » boîte à cru de 94% en 2017 alors que le chiffre d’affaires a baissé de 4,5%, « grâce à une baisse significative des autres charges d’exploitation » ?  Toujours le mot « significatif », qui ne signifie rien. Ce qui est en revanche significatif est que 1.000 types n’ont plus de job et 120.000 autres voient leurs revenus baisser de 30%, alors que Centrale Danone a gagné 115 millions de DH en 2017, contre 59 en 2016. M. Lamblin veut « le beurre, l’argent du beurre, et le sourire (même jaune) des laitières »… Daaaanoooone, tooooon univeeeers impitoyaaaaable…

Mercredi. Idée du jour, des médias : le Maroc veut importer le modèle éducatif sud-coréen. Rectification du jour, du ministre : non, ce n’est pas vrai. Le ministre Saaïd (avec deux « a ») Amzazi nous explique donc que le système éducatif sud-coréen est « un modèle qui interpelle le Maroc qui se doit de tout mettre en œuvre pour mobiliser les familles marocaines autour de l’éducation de leurs enfants afin de l’ériger en priorité absolue ». Fort bien, et une fois mobilisées, où les familles marocaines devront-elles garer leurs progénitures, cher M. Amzazi ? Dans un système immobilisé, carbonisé… avec des classes surpeuplées et un encadrement dépeuplé, avec pas de sanitaires et peu d’enseignants, eux-mêmes recevant des salaires de peu et prodiguant en conséquence un enseignement de peu, pour plus tard produire des gens de peu. Décidément, quelle idée folle d’avoir un jour créé l’école, au Maroc du moins… ah si les Marocains pouvaient se passer de l’école !... et chanter, we don’t need no, education.

Jeudi. Face au boycott, le gouvernement communique : « Il ne faut pas tout croire, ni tout détruire », dit le ministre des Affaires générales avant que le gouvernement en général dise… la même chose, jurant que désormais, les pouvoirs publics contrôleront les prix, les marges, les bénéfices, les artifices, les artéfacts, la morale, les mercuriales… tout ce que vous voulez, mais arrêtez ce boycott que nos ministres ne sauraient voir et qu’ils ne voulaient de toutes façons pas voir, ni même entrevoir, avant de brutalement s’en apercevoir. Le souci de notre bon gouvernement est d’aller expliquer à des multinationales qu’elles doivent venir, que le gouvernement leur garantit tout, sauf les belles réactions d’une population rebelle.

La saison festivalière démarre, et les boycotteurs ouvrent le bal et préparent leurs festivals de tweets et leurs  carnavals de commentaires. La logique est imparable : les prix alimentaires sont élevés, donc les gens ne mangent pas à leur faim, et puisque ventre affamé n’a pas d’oreilles, dit-on, pourquoi organiser des festivals ? CQFD.

Vendredi. La Task Force de la FIFA, la mort dans l’âme, s’est finalement résolue à ne pas disqualifier le Maroc. Elle lui a accordé un bon 2,7/5, contre 4/5 pour le trio nord-américain. Les Marocains n’en reviennent pas… eux qui ne croient en rien ont eu du mal à croire que la FIFA a cru en eux. Les Marocains disent que leur pays devrait leur donner à eux d’abord, avant de donner à la FIFA, en 2026. Ils devraient relire la fameuse citation de Kennedy : « Ne demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, mais bien ce que vous pouvez faire pour votre pays ». Une fois que nous aurons donné, nous pourrons demander de recevoir en retour. Avant, ce serait difficile de recevoir d’un pays auquel on donne si peu, sauf des malhama ici et là… Mais bon, l’heureux gagnant de toute cette affaire est… MHE, qui revient de loin… d’Afrique du Sud très précisément.

Donald Trump veut séparer les migrants clandestins arrêtés de leurs enfants, puis il refuse toute idée de protection des Palestiniens par l’ONU… Mais il se trouvera toujours des gens, bienpensants ans doute, pour candidater  en leur âme et conscience Trump au Nobel de la paix. Paix à ton âme, Nobel ! Ne te réveille surtout pas, ils sont devenus vraiment cons.

Samedi. Pedro Sanchez remplace Mariano Rajoy à la chefferie du gouvernement espagnol. Deux survivants qui s’affrontent depuis plusieurs années. Le second occupe depuis 2011 le fauteuil que « sans chaise » convoite, et voilà que, subitement, soudainement, il l’obtient, par un tour de passe passe auquel même lui ne croyait plus vraiment. Et  la raison ? Rajoy, qui n’a pas été descendu en flammes par l’affaire catalane, a été carbonisé par un scandale de corruption, et le jugement qui va avec. Ah, ces Espagnols, si tatillons !... abattre un chef de gouvernement pour corruption, comme s’il n’y avait rien de plus grave.

Dimanche. Le communiqué de Centrale Danone est prêt, il sera publié le lendemain lundi. Cela s’appelle un « profit warning », c’est-à-dire en gros « attention, il y aura peu, ou pas de bénéf cette année , les gars», les gars en question étant les actionnaires. Mais là, on est dans la com’… en effet, en guise d’actionnaires, il n’y en a qu’un seul en réalité, et en l’occurrence la maison-mère Gervais Danone, en France et qui, elle, sait exactement de quoi il retourne et pourquoi le lait de sa filiale tourne. Mais la loi oblige l’entreprise laitière cotée à meugler son désarroi, et il y a de quoi : 150 millions de DH de perte pour le seul 1er semestre 2018 contre 115 millions de DH pour tout l’an de grâce 2017. De quoi demander la grâce des boycotteurs et la disgrâce des comploteurs.

A la semaine prochaine.

Aziz Boucetta

Partager cet article :
Articles similaires

Commentaires