Panorapost



International |

Publié le 22 mars 2018

Migration et climat

Partager cet article :

 

L’Afrique subsaharienne fournira le plus gros contingent de « migrants climatiques», d’ici 2050, si rien n'est fait pour lutter contre le dérèglement climatique à cette échéance, selon un rapport publié le 19 mars par la Banque mondiale.

 

Le phénomène migratoire n’est pas seulement économique, sur les 143 millions de personnes qui devraient fuir une chute vertigineuse de la production agricole, une grave pénurie d’eau ou encore une élévation du niveau de la mer, durant les quatre prochaines décennies, quelques 86 millions seront des ressortissants des pays d’Afrique subsaharienne.

Les auteurs de ce rapport ont chiffré les migrants climatiques, d’ici 2050, fournira 86 millions à L’Afrique subsaharienne, 40 millions en Asie du Sud et à 17 millions, en Amérique latine et le rapport se concentre sur trois régions - l'Afrique subsaharienne, l'Asie du Sud et l'Amérique latine qui représentent ensemble 55% de la population mondiale en développement - trouve que le changement climatique poussera des dizaines de millions de personnes à émigrer dans leur pays d'ici 2050. Il prévoit que sans action concrète sur le climat et le développement, un peu plus de 143 millions de personnes - soit environ 2,8% de la population de ces trois régions - pourraient être obligées de déménager dans leur propre pays pour échapper aux effets du changement climatique. Ils migreront des zones moins viables avec une disponibilité en eau et une productivité des cultures plus faibles et des zones affectées par l'élévation du niveau de la mer et les ondes de tempête. Les zones les plus pauvres et les plus vulnérables au climat seront les plus touchées. Ces tendances, parallèlement à l'émergence de « points chauds » de l'entrée et de la sortie du climat, aura des implications majeures pour les secteurs sensibles au climat et pour l'adéquation des infrastructures et des systèmes de soutien social. Le rapport conclut que la migration interne du climat augmentera vraisemblablement jusqu'en 2050, puis accélérera à moins qu'il y ait des réductions significatives des émissions de gaz à effet de serre et des actions de développement robustes.

« Chaque jour, le changement climatique devient une menace économique, sociale et existentielle plus forte », a déploré Kristalina Georgieva, directrice générale de la Banque mondiale. « Nous le constatons dans les villes confrontées à des crises de l'eau sans précédent, dans les régions côtières expérimentant la vague de tempêtes destructives, dans les régions agricoles qui ne peuvent plus produire de cultures essentielles », a-t-elle ajouté.

La Banque mondiale souligne, toutefois, que les déplacements de populations liés au changement climatique pourraient être diminués de 80%, grâce à la réduction des émissions de gaz à effet de serre, l’intégration des migrations dans les plans de développement ou à des investissements destinés à mieux comprendre les processus de migration climatique interne.

MN avec Agence

Partager cet article :

Commentaires