Panorapost



Maroc |

Publié le 14 décembre 2017

Al Hoceima, ça avance bien…

Partager cet article :

2017 a été marquée sous le signe de la ville d’al Hoceima, avec les troubles, manifestations et vague de contetsation qui a enflammé la ville durant plusieurs semaines. Il aura finalement l’intervention du palais pour emettre les choses à l’endroit : réprimandes, action, audit et sanctions, et les travaux sont repartis, plus vite que jamais auparavant.

Ainsi, le projet du barrage Ghiss permettra d’assurer et de sécuriser l’alimentation en eau potable de la ville d’al Hoceima et des centres avoisinants, ainsi que de protéger les zones aval contre les inondations, et de contribuer à la création de plus de 40.000 jours de travail et à la qualification de la main d’œuvre de la province, notamment les jeunes.

Pour sa part, la pêche maritime constitue l'une des activités de production essentielles au niveau de la province, dans la mesure où elle emploie plus de 7.000 personnes, avec une hausse de 88% de la production en valeur à fin juin dernier, en glissement annuel, pour atteindre plus de 70,5 MDH, malgré une stagnation de la quantité produite sur un an, ce qui confirme les efforts déployés par les autorités pour valoriser les produits de la pêche, augmenter le rendement des pêcheurs et préserver les ressources halieutiques.

Sur le volet des infrastructures, la rocade méditerranéenne, qui longe la Méditerranée sur plus de 500 kilomètres, permet de créer un lien entre l’Est et l’Ouest de la Méditerranée, à travers une route côtière plaçant la province d’Al-Hoceima à 5 heures de route de Tanger.

Il s'agit également de la mobilisation d'environ 200 MDH pour la réalisation de plusieurs projets visant la réhabilitation et le renforcement de l'infrastructure routière au niveau de la province, s'inscrivant dans le cadre du programme "Al Hoceima, Manarat Al Moutawassit", c'est ce qu'avait affirmé, en septembre dernier, le ministre de l'Équipement, du transport, de la logistique et de l’eau, Abdelkader Amara, lors d'une visite de terrain à la province.

Concernant le secteur de l'éducation nationale et de l'enseignement, il a connu un développement considérable au cours des dernières années, avec un effectif de plus de 70.000 élèves scolarisés, outre la réduction à moins de 26% le taux d'analphabétisme, et la formation professionnelle de quelque 1.129 stagiaires, en vue d'accompagner les exigences du marché du travail en termes de compétences.

Le programme Manarat Al Moutawassit a également accordé un intérêt particulier à ce secteur, en lui dotant d'une enveloppe budgétaire de 400 MDH sur la période 2015-2019, pour diversifier et améliorer l'offre éducative.

Sur le volet social, quelque 570 projets de développement ont été approuvés dans le cadre de l'Initiative nationale pour le développement humain (INDH) sur la période 2005-2015, avec un montant global d'investissement de l'ordre de plus de 1,03 MMDH, dont 884 MDH financés par l'Initiative, bénéficiant à plus de 366.000 personnes.

Dans le cadre du programme Manarat Al Moutawassit, l'offre médicale a été renforcée de nature à garantir la fluidité d'accès des citoyens aux prestations sanitaires auprès des différents établissements de santé. A cet égard, les travaux de construction de l’hôpital d’Imzouren, qui ont nécessité un montant global de 63 MDH, ont atteint un taux d'avancement de plus de 80% à fin août dernier, avec une capacité de 45 lits et des équipements médicaux modernes.

Il s'agit également du centre régional d'oncologie d’Al Hoceïma, qui fait partie du programme "Al-Hoceïma, Manarat Al Moutawassit", ayant été doté d’équipements biomédicaux modernes dans l’objectif de faciliter davantage l’accès aux soins et d'améliorer leur qualité en faveur des patients. Ce projet, d'un coût global de 15 MDH, concerne la mise à niveau et l’équipement de ce Centre d’oncologie dans le cadre d’un partenariat entre le ministère de la Santé et le Conseil régional de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma.

Le département de la Santé a également mobilisé une enveloppe budgétaire de plus de 500 MDH pour la réalisation d’un plan intégré visant le développement des prestations médicales et la diversification de l’offre médicale dans la province.

La province d'Al Hoceima mise également sur les zones industrielles et économiques pour promouvoir son émergence économique, et ce en droite ligne avec le dynamisme des autres secteurs. La zone industrielle d'Imzouren et la zone d'activité économique Aït Kamra devraient abriter, après l'achèvement des travaux, quelque 214 unités industrielles et de production.

Avec MAP

Partager cet article :

Commentaires