Panorapost



Maroc |

Publié le 28 novembre 2017

Nasser Zefzafi récuse les propos que lui a prêtés son (ex) avocat Ishaq Charia sur Ilyas el Omari, mais Me Ziane doute...

Partager cet article :

La semaine dernière, coup de théâtre au procès des détenus d’al Hoceima…. Me Charia, l’avocat du meneur en chef présumé Nasser Zefzafi, avait lancé à la cour qu’Ilyas el Omari, le (toujours) secrétaire général du PAM, avait exhorté Zefzafi à se rebeller contre le Roi et contre le Maroc. Aujourd’hui, à la reprise du procès, Zefzafi a tout rejeté en bloc.

Quand Me Charia avait dit ce qu’il a dit à la cour, le président du tribunal Ali Torchi lui avait rétorqué que « ces accusations sont graves », et Me Charia avait insisté pour que cet échange figurât dans les minutes du procès. Le parquet a ouvert une enquête et le principal concerné, Ilyas el Omari, avait tout nié, par l’entremise de son avocat.

Aujourd’hui donc, dans un mémo écrit et lu par le président Torchi, Nasser Zefzafi a affirmé « ne pas être concerné avec les propos que lui a prêté son avocat Me Charia quant  à une incitation à la sédition qui lui aurait été suggérée par el Omari et qu’il aurait refusée ». Zefzafi ajoute qu’il « demande à Me Charia et Me Ziane de se retirer du collectif de défense des détenus d’al Hoceima ». Tous ? Tous.

Surprise du président, qui a alors demandé aux 38 détenus préventifs de confirmer ce qui a été dit par Nasser Zefzafi dans sa lettre. Ils l’ont fait, récusant tous Mes Ziane et Charia, pour ceux qui étaient défendus par ces deux avocats. Seul Hamid Mahdaoui, directeur du site d’informations al Badil, s’est accroché à Me Ziane.

Ce dernier a fait une déclaration à la presse à la sortie du tribunal : « Comment cela se fait-il que Zefzafi n'aie rien dit la semaine dernière, quand Charia a fait sa déclaration au tribunal ? Il est certes probable que Me Charia ait un peu exagéré car on ne sait pas de quoi il s'agit au juste, incitation à la rébellion ou à la sédition ou s'il s'agit simplement de financement... Mais je persiste à dire que quelque chose ne va pas, et que des pressions ont dû être exercées sur Zefzafi au fond de sa cellule. Moi, pour ma part, je maintiens tous mes propos passés ».

KB

Partager cet article :
Articles similaires

Commentaires