Panorapost



Maroc |

Publié le 13 septembre 2017

Al Hoceima : 1èer audience du procès de Casablanca et report au 3 octobre

Partager cet article :

Le groupe des détenus d’al Hoceima, dit groupe de Casablanca et composé de 21 accusés, dont 3 en état de liberté, a comparu en audience publique devant la première chambre criminelle de la Cour d’appel de Casablanca, qui les poursuit pour plusieurs chefs d’accusation, dont complot contre l’Etat et menace à la sécurité intérieure de l’Etat. Nasser Zefzafi ne fait pas partie du lot, et c’est le juge Ali Torchi qui est à la manœuvre comme président de la Cour.

Sur les 21 prévenus, 5 sont poursuivis, entre autres, d’atteinte à la sécurité intérieure de l’État, tentatives de sabotage, de meurtre et de pillage, préparation d’une conspiration contre la sécurité intérieure et réception de fonds, de donations et d’autres moyens matériels destinés à mener et à financer une activité de propagande à même d’attenter à l’unité et la souveraineté du pays. Ces accusations peuvent valoir aux concernés, si elles sont confirmées par les juges, des peines allant jusqu’à  la peine capitale. Mais cela serait surprenant…

Les parties au tribunal ont convenu d’un report du procès au 3 octobre, pour permettre à la défense de mieux préparer les choses (n’a-t-elle pas déjà eu suffisamment de temps ?, NDLR), mais les avocats ont quand même demandé et obtenu la parole pour requérir la liberté provisoire des détenus. Refus du juge, au motif que les chefs d’inculpation sont sérieux et en filigrane que les inculpés peuvent être dangereux.

Mais cela a fait dire à Me Abderrahim Jamaï que cette décision de détention préventive est une lourde faute car elle remet en question la stabilité du pays. Les autres avocats ont tous plaidé pour la remise en liberté de leurs clients, assurant qu’ils se présenteraient à la première convocation. Ils ont tous été déboutés.

AB

Partager cet article :

Commentaires