Panorapost



Maroc |

Publié le 28 juillet 2017

La Jeunesse du PJD déclenche une mini tempête dans un dé à coudre

Partager cet article :

Jeudi 27 juillet, en début d’après-midi, Khalid Bouakarai, secrétaire général de la Jeunesse du PJD, annonçait des « entraves » à l’organisation de la 13ème rencontre nationale de son organisation, qui doit se tenir  début août à Fès, sous le thème « la démocratie d’abord ». L’auteur de ces entraves ? Le ministère de l’Intérieur d’Abdelouafi Laftit bien évidemment, mais…

Dans un communiqué laconique, Khalid Boukarai annonçait donc ce jeudi 28 juillet que « le ministère de l’Intérieur entrave l’organisation de la 13ème rencontre nationale de la Jeunesse du PJD ».  C’est grave. Les ténors du PJD et les soutiens de la Jeunesse montent vite aux créneaux, et rappellent le précédent de 2012, quand l’alors ministre de l’Intérieur Mohand Laenser avait interdit une rencontre de la même Jeunesse à Tanger, à laquelle devait participer Abdelilah Benkirane, chef du gouvernement à cette période. Il faut donc capitaliser, sachant le peu de sympathie du ministre de l’Intérieur pour le parti de Benkirane…

Le soir, l’information tombe triomphalement, du même Boukarai : « J’informe tout le monde que le problème est (jusqu’à présent) résolu suite à des interventions gouvernementales ». Il est vrai que le gouvernement est totalement désœuvré en ce moment, pour s’occuper d’une salle à réserver à une Jeunesse…

Or, renseignements pris, il s’agirait d’un retard d’autorisation pour une salle demandée par la Jeunesse du PJD au sein de l’université de la capitale spirituelle du royaume.  Dans une déclaration à nos confrères de Mowatine.com, Boukarai explique que « l’université de Fès a refusé de nous accorder une salle, et le ministre de l’Intérieur est derrière tout cela » ; on est prié de le croire… Rien de grave donc, sachant qu’une source au ministère de l’Intérieur, interrogée par Panorapost, a répondu avec le sourire « n’être au courant de rien, nous avons appris cela dans les médias ».

Question… Si l’affaire se résume à un retard administratif pour accorder une salle dans une fac, pourquoi donc le richissime PJD ne loue-t-il pas une salle d’hôtel dans une ville où il tient la mairie et la quasi-totalité des arrondissements ? Mais un esclandre est toujours bon à prendre, surtout qu’on ne prête qu’aux riches, et que Laftit est riche de son hostilité personnelle à l’égard du PJD. Sauf que cette fois, le ministre n’est responsable de rien…

Aziz Boucetta

Partager cet article :
Articles similaires

Commentaires