Panorapost



Economie |

Publié le 06 février 2017

Le Maroc a détruit 37.000 emplois en 2016

Partager cet article :

Selon le Haut-commissariat au Plan (HCP), l’économie nationale a perdu 37.000 postes nets d’emplois, résultant d’une hausse de 26.000 en milieu urbain et d’une perte de 63.000 en milieu rural, contre une création annuelle moyenne de 27.000 emplois durant les années 2014-2015 et 95.000 durant la période 2008-2013. Le volume global de l’emploi est ainsi passé de 10.679.000 personnes en 2015 à 10.642.000 en 2016.

La population en âge d’activité s’est accrue de 1,5%. De ce fait, le taux d’activité est passé de 47,4% à 46,4%, marquant une diminution de 1 point. La perte d’emploi est le fait de la création de 126.000 postes d’emploi rémunérés, dont 25.000 en milieu urbain, et la perte de 163.000 postes non rémunérés, en totalité enregistrés en milieu rural.

Avec un accroissement de 0,9%, le volume d’emploi dans les "services" s’est accru de 38.000 postes au niveau national, dont environ 29.000 dans la branche des "services personnels et domestiques" et 8.000 dans le "commerce de détail hors magasin", après une création annuelle moyenne de 109.000 postes au cours des années 2011-2013 et 37.000 postes au cours des années 2014-2015.

Après une perte moyenne de 35.000 postes d’emploi par an durant les années 2012 et 2013 et une stagnation en 2014, le secteur des BTP a créé 36.000 emplois (+3,6% du volume de l’emploi du secteur) en 2016, soit le double de ce qu’il a créé en 2015.  

De son côté, après avoir perdu en moyenne annuelle 22.000 postes durant la période 2009-2014, le secteur de l’ « industrie y compris l’artisanat » a également connu une reprise en 2015 avec la création de 15.000 postes, puis de 8.000 en 2016, soit 0,6% du volume de l’emploi du secteur. Ces nouveaux postes proviennent particulièrement de la branche du « travail du bois et fabrication d'articles en bois » qui en a créé 6000 (75%) bénéficiant de la reprise de l’activité dans les BTP.     

En revanche, après une création de 58.000 postes en 2013 et de 16.000 en 2014, le secteur de l’ « agriculture, forêt et pêche » a connu, en raison de mauvaises campagnes agricoles, la perte de 32.000 postes d’emploi en 2015, puis de 119.000 en 2016, ce qui correspond à une baisse de 2,9% du volume d’emploi du secteur.

Par ailleurs, et avec une baisse de 43.000 personnes, 45.000 en moins en milieu urbain et 2.000 en plus en milieu rural, le nombre de chômeurs est passé, entre 2015 et 2016, de 1.148.000 à 1.105.000 personnes. Le taux de chômage est ainsi passé, entre les deux périodes, de 9,7% à 9,4% au niveau national. Cependant, le volume des actifs occupés en situation de sous-emploi a augmenté, entre 2015 et 2016, de 1.154.000 à 1.202.000 personnes au niveau national, de 533.000 à 556.000 personnes dans les villes et de 621.000 à 646.000 dans la campagne. Le taux de sous-emploi est ainsi passé de 10,8% à 11,3% au niveau national, de 9,9% à 10,2% dans les villes et de 11,8% à 12,4% dans la campagne.

Partager cet article :
Articles similaires

Commentaires