Panorapost



International |

Publié le 11 janvier 2017

La Russie détiendrait des informations compromettantes sur Donald Trump, dont une sextape

Partager cet article :

Selon les médias américains, des informations compromettantes sur le futur président des Etats-Unis auraient été compilées par la Russie. Le Kremlin dément.

Donald Trump n’a pas encore prêté serment qu’il est déjà au coeur d’une affaire potentiellement explosive. Des documents confidentiels non vérifiés indiquent que des agents russes détiendraient des informations compromettantes sur sa vie sexuelle, ses finances et ses liens étroits avec Moscou.

La présidence russe nie et affirme ce mercredi matin que ce sont des faux fabriqués pour nuire aux relations russo-américaines. C’est d’une “absurdité totale”, a déclaré à la presse le porte-parole de la présidence, Dmiri Peskov.

Le Kremlin y voit une nouvelle manifestation de “l’hystérie anti-russe” entretenue dans un esprit de “chasse aux sorcières”.

Une sextape pour faire pression

C’est la chaîne CNN qui a révélé mardi l’existence d’un mémo de 35 pages remis par les chefs des renseignements américains à Trump, lors de son briefing sur le rôle de la Russie dans des tentatives de déstabilisation de l’élection présidentielle. BuzzFeed et d’autres médias ont mis en ligne hier soir des copies du texte.

Ce document, qui rassemble plusieurs courts rapports rédigés du 20 juin au 20 octobre 2016, fait état de communications suivies pendant la campagne entre l’équipe de Donald Trump et Moscou et de frasques sexuelles du milliardaire lors de ses voyages en Russie. Les services russes en auraient gardé des traces, dont une sextape, pour faire pression sur le futur président.

Ce dernier a répliqué hier soir sur Twitter : “Fausse information, chasse politique totale aux sorcières!”

Donald Trump aura l’occasion de revenir sur ce sujet ce mercredi lors de la conférence de presse qu’il donnera à sa Trump Tower de New York, la première depuis près de six mois.

Un espion britannique à l’origine

Les agents fédéraux de la police judiciaire (FBI) et d’autres administrations américaines n’ont pas encore établi la véracité des informations. Elles émaneraient notamment d’un ancien agent du MI6, le renseignement extérieur britannique, qui a été en poste à Moscou dans les années 1990 et dirige aujourd’hui une société privée de renseignement, selon CNN.

Son travail passé a en général été considéré comme crédible par les agences américaines, mais selon une source contactée par Reuters, une partie des informations compilées par l’ancien espion britannique s’est révélée fausse.

Selon l'une des notes de ce rapport, dont les sources sont anonymes, Donald Trump et Moscou échangent des renseignements depuis "au moins cinq ans". Un autre interlocuteur de l'auteur du mémo estime que ces relations sont plus anciennes, remontant à "au moins huit ans". Une période pendant laquelle le Kremlin aurait fourni à Donald Trump et à son équipe des informations sur ses opposants, y compris la candidate démocrate à l'élection présidentielle, Hillary Clinton.

Compilées à la demande d’anti-Trump

Le New York Times rapporte de son côté que ces informations “compromettantes et salaces” ont été compilées à la demande de républicains opposés à la candidature de Trump puis de démocrates.

L’idée que la Russie aurait tenté de discréditer Donald Trump circule depuis plusieurs mois à Washington et a été présentée au FBI et à d’autres responsables du gouvernement américain l’été dernier.

(Agences)

Partager cet article :
Articles similaires

Commentaires