Panorapost


Business |

Publié le 03 janvier 2017

Bank al-Maghrib délivre 5 agréments pour les banques participatives

Partager cet article :

Et c’est finalement tombé… La banque centrale a publié un communiqué pour annoncer les agréments délivrés aux banques participatives au Maroc. il s’agit de cinq établissements qui offriront ces services, en partenraiat avec d’autres organisems étrangers.

Après étude et analyse de ces dossiers, notamment au plan de l’actionnariat, de la valeur ajoutée au marché marocain, de la gouvernance et des risques, et à la lumière des informations complémentaires demandées aux différents postulants, le Comité a émis un avis favorable sur les demandes formulées, pour la création de banques participatives, par :

1/ CIH Bank en partenariat avec la Qatar International Islamic Bank ;

2/ BMCE Bank of Africa conjointement avec le groupe saoudi/bahreini Dalla Al Baraka ;

3/ La Banque Centrale Populaire avec le groupe saoudien Guidance (société financière spécialisée dans le financement immobilier) ;

4/ Crédit Agricole du Maroc avec l’Islamic Corporation for the Development of the Private Sector « ICD », filiale de la Banque Islamique de Développement « BID » ;

5/ Attijariwafa Bank, étant précisé que cette banque est toujours en discussion pour un futur partenariat.

Le Comité des Etablissements de Crédit a également émis un avis favorable pour autoriser la Banque Marocaine du Commerce et de l’Industrie, le Crédit du Maroc et la Société Générale à offrir à leur clientèle des produits bancaires participatifs.

Par ailleurs, poursuit le communiqué dela banque centrale, « le Dahir régissant le Conseil Supérieur des Ouléma a été modifié et complété pour créer en son sein un Comité Charia pour la Finance Participative, seule instance habilitée à émettre des Fatwas sur la conformité des produits de la finance participative aux préceptes de l’islam du juste milieu, ouvert sur les valeurs universelles et tolérant, tel que promu par SM Le Roi Amir Al Mouminine ».

Le Maroc entre dans le club des pays où les banques participatives pourront exercer leurs activités, mobiliser une épargne supplémentaire et assurer plus de financements à l’économie.

 Selon une enquête d’Abwab Consultants publiée par la Vie éco en septembre, , 58,2% des entreprises s'interdisent le recours au crédit bancaire pour une raison religieuse. On sait par ailleurs, d'après les statistiques nationales, que 40% des entreprises marocaines n'ont pas recours au crédit. « Donc, si l'on opère le croisement, on peut dire que 24% des entreprises non bancarisées le sont par conviction religieuse », estime Abderrahmane Lahlou, dans un entretien accordé à l'hebdomadaire économique.

Partager cet article :
Articles similaires

Commentaires