Panorapost



Business |

Publié le 27 décembre 2016

En couverture de la 4G, le Maroc surclasse… l’Allemagne et la France !

Partager cet article :

Maroc Telecom a quelque raison d’afficher une fierté dans sa couverture du territoire en 4G… En effet, et à en croire le tout récent rapport de la « National Infrastructure Commission », intitulé « Connected Future », la qualité de la couverture réseau 4G au Maroc est classée 48ème dans le monde, avant celle du Royaume-Uni (54ème), de l’Allemagne (58ème)  et de la France, qui occupe le 71ème rang. Et comme Maroc Telecom couvre 73% du territoire en 4G, l’opérateur historique ne cache pas son plaisir de l’annoncer.

En Afrique, le Maroc occupe la 2ème place, derrière l’Afrique du Sud (40ème  mondial). Dans le monde arabe, le Maroc arrive juste après le Koweït, le Qatar, les Emirats Arabes-Unis, le Bahreïn, l’Arabie Saoudite et Oman, ce qui fait quand même pas mal de pays qui nous dépassent…

En matière de couverture réseau 4G, Maroc Telecom demeure le leader incontesté au niveau national. En effet, Ookla Speedtest, pionnier des applications des tests de vitesse de la bande passante, a tout récemment décerné le Prix 2016 du « Réseau Mobile le plus rapide au Maroc » à Maroc Telecom. Selon Ookla, Maroc Telecom offre l'expérience mobile la plus rapide avec la couverture la plus large au pays.

Aujourd’hui, le réseau 4G+ de Maroc Telecom couvre plus de 73% de la population, soit la couverture la plus large au Maroc, sachant que l’opérateur propose en exclusivité la technologie 4G+, à ses clients, offrant des débits atteignant 225Mb/s. En 2015, il s’est vu attribuer la meilleure licence avec les meilleures fréquences 4G.

Maroc Telecom poursuit ses investissements massifs en s’appuyant sur les toutes dernières technologies, pour étendre encore davantage la couverture du territoire, améliorer la connectivité à l’international et accompagner l’évolution des usages de ses clients. Mais cela lui crée des problèmes, tant avec l’Agence nationale de réglementation des télécoms qu’avec ses concurrents, dont Inwi, entre autres, pour la question du dégroupage de la boucle locale…

Partager cet article :
Articles similaires

Commentaires