Tourisme : L’ONMT reçoit les leaders du tourisme israéliens pour le congrès ITTAA 2022

Tourisme : L’ONMT reçoit les leaders du tourisme israéliens pour le congrès ITTAA 2022

Dans la continuité des récents congrès des professionnels du tourisme britanniques (ABTA) et allemands (DRV), les leaders du tourisme israéliens se réunissent du 5 au 8 décembre à Marrakech pour le congrès ITTAA 2022.

L'ITTAA est l’association israélienne du tourisme qui compte 400 agents de voyages et 4.500 consultants du tourisme avec pour mission de fédérer les professionnels, de les représenter au plan institutionnel, et de les soutenir pour le développement de leurs activités. 

L'évènement accueillera 250 participants incluant les tour-opérateurs, agents de voyage, agences de communication et médias spécialisés.

«Pour le tourisme marocain, cette présence des décideurs du tourisme israélien constitue une opportunité pour les mettre en relation avec nos opérateurs marocains. Par son histoire et sa position géographique, par ses multiples influences, dont l’affluent judéo-marocain inscrit dans l’identité millénaire du Royaume, le Maroc dispose d’atouts exceptionnels pour les voyageurs...



israéliens», souligne Adel El Fakir, Directeur général de l’ONMT. 

Rappelons que c'est la deuxième fois que l’association réunit ses membres à Marrakech où s’était déjà tenue l’édition 1995 de son congrès annuel. Depuis, le contexte a largement évolué, grâce au rapprochement entre le Royaume du Maroc et Israël engagé en décembre 2020 qui a permis de renforcer les échanges entre les deux nations.

Les retrouvailles entre les deux pays ont ouvert la voie à un potentiel de développement important pour la destination. A fin 2022, 70.000 touristes israéliens ont été reçus au Maroc, ouvrant la voie à une croissance importante dans les prochaines années.

En termes de transport aérien, une offre riche s’est déjà déployée à travers Royal Air Maroc et la compagnie nationale El Al, mais aussi les opérateurs low-cost Israir et Arkia, sur deux destinations : Marrakech et Casablanca.

Commentaires