Billet

(Billet 212) – En diplomatie aussi, mieux vaut s’adresser à Dieu qu’à ses saints

Commentaires