Panorapost



Opinions |

Publié le 03 janvier 2019

(Billet 4) - Beuverie, homosexualité, accident… et jugement(s)

Partager cet article :

Le soir du réveillon, les gens festoient, dansent, et souvent boivent beaucoup et mal. Et commettent divers délits... Ce réveillon 2019, l’affaire qui a défrayé la chronique est celle de cet homme à Marrakech, dont l’identité et les photos ont fait, et continuent bien malheureusement de faire, le tour de la toile, le montrant démaquillé, portant des tenues féminines suggestives, menotté. A partir de là, deux remarques s’imposent :

1/ C.L. est accusé de deux délits, homosexualité et délit de fuite après un accident corporel. Soit, mais en attente de jugement, il est présumé innocent. Pourquoi avoir fait fuiter ses photos, à visage découvert et celles de sa CIN ? Le patron de la DGSN a ordonné une enquête de l’Inspection des services, qui (on l’espère) sévira si des policiers sont convaincus d’avoir volontairement fait fuiter ces photos. Les médias ayant relayé ces « infos » devraient aussi être poursuivis...

2/ Cette affaire n’a été ébruitée qu’en raison de l’homosexualité de C.L. et du fait qu’il était travesti, et non « protégé ». En effet, plusieurs affaires similaires ont eu lieu ces derniers mois, avec des enfants « bien nés » mais souvent mal éduqués, qui ont tué, estropié, causé des dégâts matériels, puis ont fui, mais sans qu’aucune photo d’eux ne fût publiée par les « sites d’information ».

Sur les réseaux, les gens excessivement méchants, résolument cruels, définitivement intolérants, accablent C.L. uniquement pour son homosexualité et sa tenue tapageuse. La notion de liberté individuelle est encore plus affaiblie qu’elle ne l’a jamais été ; les homosexuels, comme jadis ceux de Fès et de Beni Mellal, sont livrés à la vindicte publique, exposés au lynchage. Et en prison, on n’imagine même pas leur sort…

Harit, Messaoudi, Lmelki ont tué, d’autres « fils et filles de » ont causé des dégâts… Mais C.L., lui, est un simple manant. Lafontaine aurait pu dire que « selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de l’opinion publique vous rendront blanc ou noir »… A quoi C.L sera-t-il condamné, lui qui n’a « que » blessé ? Théoriquement, la peine devrait être encore plus légère que celle du tueur de Mme Mjid. Si tel n’est pas le cas, alors il aura payé pour son homosexualité et ses tenues.

Et là, se posent encore les deux questions des libertés publiques et des relations sexuelles entre adultes consentants, de même sexe ou non (art. 489 et 490). L’Etat et la société devraient s’occuper d’autre chose et ne plus se préoccuper des secrets d’alcôve des un(e)s et des autres. C’est ainsi qu’on « commence » à être civilisé…

Aziz Boucetta

Partager cet article :

Commentaires



Could not connect to server ...