Panorapost



International |

Publié le 27 décembre 2018

Etats-Unis : le blocage parti pour durer

Partager cet article :

Les chances sont minces pour mettre fin prochainement à un arrêt partiel du gouvernement. Les législateurs sont partis de Washington pour les vacances et on leur a dit qu'ils recevraient un préavis de 24 heures avant de devoir revenir pour voter. Et même si le Sénat doit entrer en session jeudi après-midi, peu de sénateurs étaient censés être présents.

Après une fin de semaine et deux jours de vacances pour les employés fédéraux, le mercredi était le premier jour de travail régulier prévu par la fermeture de divers services fédéraux.

Trump a promis de respecter les exigences de son budget, déclarant aux journalistes lors de sa visite mercredi en Irak qu'il ferait «tout ce qu'il faut» pour obtenir de l'argent pour la sécurité des frontières. Il a refusé de dire combien il accepterait dans un accord mettant fin à la fermeture.

«Vous devez avoir un mur, vous devez être protégé», a-t-il déclaré.

De retour de son voyage de 29 heures pour rendre visite aux troupes américaines, Trump a déclaré dans un tweet de jeudi « nous avons désespérément besoin » d'un mur sur la frontière américano-mexicaine, dont le financement a été un point tournant entre la Maison Blanche et le Congrès depuis sa prise de fonction.

Il a appelé les démocrates du Congrès à financer son mur, affirmant que la fermeture affectait leurs partisans. Il a dit: « Les Dems réalisent-ils que la plupart des gens qui ne sont pas payés sont des démocrates? »

La fermeture a débuté samedi avec la fin du financement de neuf départements ministériels et de dizaines d’agences. Environ 420 000 travailleurs ont été jugés essentiels et travaillent sans être payés, tandis que 380 000 autres ont été mis en disponibilité.

Tandis que la Maison-Blanche parlait aux démocrates du Congrès - et que les pourparlers entre membres du personnel se poursuivaient sur Capitol Hill - les négociations se sont étirées mercredi, réduisant à néant l'espoir d'une percée rapide.

Le représentant républicain Mark Meadows de Caroline du Nord, un allié de Trump impliqué dans les pourparlers, a déclaré que le président « est très ferme dans sa détermination à protéger notre frontière ». Il a déclaré à CNN: « S'ils croient que ce président va céder sur cette question particulière, ils l'ont mal interprété. »

L'impasse sur le financement gouvernemental a commencé la semaine dernière, lorsque le Sénat a approuvé un accord bipartite qui maintiendrait le gouvernement ouvert en février. Ce projet de loi prévoyait 1,3 milliard de dollars pour des projets de sécurité frontalière, mais pas pour le mur. À la demande de Trump, la Chambre a approuvé ce paquet et inséré les 5,7 milliards de dollars qu'il avait demandés.

Mais les républicains au Sénat ne disposaient pas du nombre de voix nécessaire pour imposer cette mesure à leur chambre. Cela a déclenché des négociations entre le Congrès et la Maison-Blanche, mais la date butoir a été dépassée sans accord.

Un syndicat représentant des travailleurs fédéraux a critiqué la revendication de Trump. Paul Shearon, président de la Fédération internationale des ingénieurs professionnels et techniques, a déclaré que le syndicat n'avait pas entendu un seul membre qui soutienne la position de Trump.

 La plupart d'entre eux voient cela comme un acte d'incompétence de Trump.

Partager cet article :

Commentaires



Could not connect to server ...