Panorapost



International |

Publié le 05 novembre 2018

Pression maximale des Etats-Unis sur l'Iran avec la reprise des sanctions

Partager cet article :

Les Etats-Unis réimposent lundi des sanctions pétrolières et financières à l'encontre de l'Iran, renforçant de manière significative la pression exercée sur Téhéran afin de freiner ses programmes de missiles et nucléaires et de contrer son influence militaire et politique croissante au Moyen-Orient.

Cette mesure rétablira les sanctions américaines levées dans le cadre d'un accord nucléaire de 2015 négocié par l'administration du président Barack Obama, et ajoutera 300 nouvelles désignations dans les secteurs pétrolier, maritime, des assurances et bancaire de l'Iran.

Le président Donald Trump a annoncé en mai que son administration se retirait de ce qu'il a appelé le « pire accord » jamais négocié par les États-Unis. D'autres parties à l'accord, notamment la Grande - Bretagne , la France , l' Allemagne , la Chine et la Russie , ont annoncé leur intention de ne pas partir.

Les détails des sanctions seront dévoilés lors d'une conférence de presse prévue à 8h30 (HNE) (13h30 GMT) avec le secrétaire d'État Mike Pompeo et le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin .

La Chine, l'Inde, la Corée du Sud, le Japon et la Turquie - tous les principaux importateurs de pétrole iranien - font partie des huit pays sur le point de bénéficier d'exemptions temporaires des sanctions afin que les prix du pétrole brut ne soient pas déstabilisés.

Les pays vont déposer les recettes iraniennes sur un compte séquestre, ont déclaré des responsables américains.

Washington a déclaré qu'il assurerait un marché mondial du pétrole bien approvisionné, avec l'aide de l'allié saoudien, à mesure que le pétrole iranien sera réduit. Les contrats à terme sur le Brent au premier mois , la référence internationale pour les prix du pétrole, se sont établis à 72,53 dollars le baril lundi.

La réimposition des sanctions intervient alors que les États-Unis se concentrent sur les élections au Congrès et aux gouverneurs des États-Unis, mardi. En campagne à Chattanooga, dans le Tennessee, dimanche, Trump a déclaré que sa politique de pression maximale contre l'Iran était efficace.

« L'Iran est un pays très différent de celui que j'avais quand j'ai pris mes fonctions », a déclaré Trump, ajoutant: «  Ils voulaient conquérir tout le Moyen-Orient. Pour le moment, ils veulent juste survivre. »

Auparavant, des milliers d'Iraniens avaient scandé « Mort en Amérique » lors d'un rassemblement organisé à l'occasion de l'anniversaire de la prise de l'ambassade américaine lors de la révolution islamique de 1979.

Le Fonds monétaire international a déclaré jeudi que l'Iran devrait mettre en œuvre des politiques visant à préserver sa stabilité macroéconomique face aux sanctions.

Les hauts responsables iraniens ont écarté les préoccupations concernant l'impact sur leur économie.

« a déclaré vendredi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Bahram Qasemi à la télévision d'Etat.

Les américains rappelés à l’ordre par la CIJ

Toutefois, la Cour internationale de justice (CIJ) de La Haye a enjoint mercredi aux Etats-Unis de mettre fin aux sanctions contre l’Iran visant des biens « à des fins humanitaires », après une bataille judiciaire menée par Téhéran depuis juin.

La CIJ a imposé aux Etats-Unis de restreindre les sanctions sur l’Iran décidées par Donald Trump, après leur retrait en mai 2018 de l’accord sur le nucléaire iranien, satisfaisant ainsi certaines doléances de Téhéran qui avait porté plainte en juin.

« La Cour indique, à l’unanimité, que les Etats-Unis (…) doivent, par les moyens de leurs choix, supprimer toute entrave que les mesures annoncées le 8 mai 2018 mettent à la libre exportation vers l’Iran de médicaments, de matériel médical, de denrées alimentaires et de produits agricoles», a déclaré Abdulqawi Ahmed Yusuf, juge président de la Cour basée à La Haye.

L’ordonnance de la CIJ, plus haute instance judiciaire des Nations unies, évoque également « les pièces détachées nécessaires à la sécurité de l’aviation civile ».

Les sanctions américaines qui comprennent des restrictions aux importations et aux achats nécessaires à des fins humanitaires « risquent de nuire gravement à la santé et à la vie de personnes se trouvant sur le territoire iranien », a statué la Cour.

Accusant les Etats-Unis d'étrangler son économie, l’Iran a entamé une bataille judiciaire devant la CIJ après la réimposition par Donald Trump de sanctions unilatérales sévères contre Téhéran, qui avaient été suspendues à la faveur de l’accord international sur le nucléaire iranien.

Téhéran avait choisi de porter plainte contre Washington en juin 2018, arguant que les Etats-Unis avaient violé le traité d’amitié et de relations économiques signé avec le pays en 1955. Dans sa requête à la CIJ, Téhéran évoquait un siège économique imposé par les Etats-Unis, « avec toutes les conséquences dramatiques que cela suppose pour la population iranienne assiégée ». Les audiences avaient démarré le 27 août.

Pour sa part Moscou a également réagit à la dernière évolution concernant les sanctions économique américaine contre l’Iran en appelant à l’annulation de ces sanctions.

Il y a lieu de signaler dans ce sillage que beaucoup d’entreprises ont d’ores et déjà annoncé leur retrait, sans attendre la création éventuelle par l’Union européenne d’une entité censée permettre les transactions avec l’Iran, mais dont la mise en place s’avère complexe. En vigueur depuis le 7 août, le premier volet des sanctions américaines a déjà eu un impact sur les constructeurs automobiles européens.

MN

Partager cet article :
Articles similaires

Commentaires