Panorapost



International |

Publié le 11 octobre 2018

La Tunisie adopte une loi contre les discriminations raciales

Partager cet article :

Le parlement tunisien a adopté mardi une loi criminalisant les discours racistes, l'incitation à la haine et la discrimination.

Après un long débat, le projet de loi a été approuvé par 125 députés, un contre et cinq abstentions.

La loi était une réponse à l'agression d'un Ivoirien dans une rue de Tunis en juillet qui avait déclenché une réaction en ligne et la dénonciation d'associations anti-racistes.

En vertu de la nouvelle législation, les délinquants peuvent être condamnés à un mois de prison et à une amende de 1 000 dinars (350 dollars, 300 euros) pour avoir utilisé un langage raciste.

En outre, l'incitation à la haine, les menaces racistes, la propagation et la défense du racisme et l'appartenance à une organisation défendant la discrimination sont punis d'un à trois ans d'emprisonnement et de 3 000 dinars d'amende.

Les Tunisiens aux teintes de peau plus sombres et les autres Noirs de l'Afrique du nord de l'Afrique font face à des situations doublement déprimantes, car aucune loi ne punit la discrimination raciale, affirment les groupes de défense des droits de l'homme.

Des milliers d'étudiants d'Afrique subsaharienne fréquentent les universités tunisiennes et certains subissent des agressions physiques ou verbales sporadiques en raison de la couleur de leur peau.

De nombreux Tunisiens utilisent parfois des termes péjoratifs tels que « kahlouch » et « wassif » pour identifier un Noir par la couleur de sa peau.

La rédaction

Partager cet article :

Commentaires