Panorapost



Sport |

Publié le 10 octobre 2018

Coups de poignard, nouvelle réglementation, ventes… Blatter (re)solde des comptes

Partager cet article :

L'ancien président de la FIFA, Sepp Blatter, a lancé une nouvelle attaque virulente contre son successeur, Gianni Infantino, accusant ce dernier de « vendre le football », évoquant l'extension par Infantino de la Coupe du Monde à 48 équipes et son mystérieux plan d'investissement de 25 milliards de dollars.

«Infantino ne me parle pas», a de nouveau souligné Blatter dans une interview avec le journal allemand Süddeutsche Zeitung. Les relations entre Blatter et Infantino ont longtemps été tendues, même avant le vote pour l’attribution du mondial 2026, les sorties de Blatter étaient devenues récurrentes et plus pressante. Sentant un penchant d’Infantino du côté des nord- américains composé des Etats-Unis, du Canada et du Mexique, il a ensuite soutenu le Maroc challenger des trio-américain pour toujours contrer son successeur.

Dans ses attaques avec l'ancien homme fort de la FIFA, il a mis en doute la direction prise par Infantino à l'international. En janvier 2017, la FIFA a étendu la Coupe du Monde à un tournoi à 48 équipes. Le nouveau format entrera en vigueur en 2026 lorsque les États-Unis, le Mexique et le Canada seront les hôtes. « Ce n'est plus réaliste », a critiqué Blatter. «Il y a trop d'équipes, cela prend trop de temps, il y a trop de jeux peu attrayants. Et en jouant par groupes de trois, vous ne pouvez pas faire ça. C'est ce que nous avons fait en 1982 en Espagne. Il faut regarder, et le dernier match peut en quelque sorte être joué. »

Blatter ne faisait pas que cracher. Il a réservé sa plus grande désapprobation à la proposition d'investissement extérieur de 25 milliards de dollars d'Infantino. C'est un coup que le nouveau président de la FIFA n'a pas encore réussi à obtenir puisqu'il a tenté de surprendre le Conseil de la FIFA sans dévoiler les détails du plan ni les investisseurs derrière une Coupe du Monde des Clubs potentiellement élargie et une Ligue mondiale des Nations. Pour l'instant, le plan a été mis de côté parce que l’UEFA et son président Ceferin ont mis leur véto et ne veulent plus entendre parler de ce projet.

« Vous ne pouvez pas vendre le ballon », a déclaré Blatter. « Le football appartient aux deux milliards de personnes qu'il aime. »

Blatter a exprimé ses doutes si le plan avait été abandonné ou non. «Ce qui est très intéressant pour moi en la matière, c’est le fait que les médias sont souvent en désaccord, je le sais. »

Il n’a pas raté l’administration de la FIFA, et déclare en ce sens que : «Le conseil d'administration de la FIFA ne s'est jamais levé et a déclaré: non, cela ne fonctionne pas. Eh bien, je suis surpris d'entendre ça. »

À Zurich, Blatter est rapidement devenu un personnage marginalisé, après avoir été aliéné par le nouveau leadership au siège de la FIFA alors que le nouveau régime purgeait systématiquement tous les hauts responsables de l'ère Blatter. En août, Marco Villiger, l'avocat en chef de la FIFA, a été poussé à la porte. Villiger avait été le lien essentiel entre l'instance dirigeante et l'enquêteur américain contre la corruption et le dernier haut responsable de l'ère Blatter. Ironiquement, Blatter blâme en partie Villiger d’être à l’origine de sa chute.

«J'ai été trahi», a répété Blatter dans l'interview. «Marco Villiger, l'avocat en chef de l'époque, qui vient d'être remplacé, m'a trahi, ainsi que le secrétaire général. Je l'ai remarqué plus tard, alors qu'il était déjà suspendu. »

Blatter n'a pas expliqué la trahison de Valcke, affirmant que « pendant ce mois, je suis témoin à charge. »

Avec les retombées de FIFAgate qui secouent toujours le football mondial et l'avertissement du ministère de la Justice américain selon lequel il y a encore beaucoup à venir, M. Blatter a reconnu que le football et le sport en tant qu'organes d'autoréglementation n'étaient peut-être plus viables.

À l'avenir, les sports ne devraient plus être à l'abri de la réglementation gouvernementale, selon Blatter. En acceptant un monde en mutation et en renonçant presque à la célèbre autonomie du sport, il a également critiqué le président du CIO, Thomas Bach, pour s'interroger sur les compétences de leadership de l'Allemand.

«On dit toujours que le sport devrait être indépendant… mais ce n'est pas possible aujourd'hui. Ce n'est plus suffisant », se souvient Blatter.

«Vous ne pouvez plus gérer de telles entreprises de manière non professionnelle», a expliqué Blatter à l’encontre d’Infantino .

MN

Partager cet article :

Commentaires