Panorapost



International |

Publié le 13 septembre 2018

Save the Children: 500 000 enfants pourraient mourir dans les zones de guerre cette année

Partager cet article :

Dans une manifestation organisée à Londres par War Child, Avaaz et Amnesty International, des manifestants se rassemblent avec des oursons et des pancartes appelant le gouvernement britannique à prendre des mesures pour protéger les enfants de la ville syrienne d'Alep à l'extérieur

Plus d'un demi-million d'enfants de moins de cinq ans pourraient mourir de faim dans les zones de conflit cette année, a averti Save the Children International lundi.

«Cette année, 4 500 000 enfants de moins de cinq ans auront besoin d'un traitement contre la malnutrition potentiellement mortelle dans les zones de conflit les plus dangereuses pour les enfants», a déclaré l'organisation internationale.

« Au rythme actuel, deux enfants sur trois souffrant de malnutrition sévère vont manquer un traitement essentiel cette année, avec 590 000 personnes qui devraient en mourir », a ajouté l'organisation.

L’organisation des droits de l’enfant a souligné que près de 1 600 enfants en moyenne, ou un enfant par minute, âgés de moins de cinq ans, meurent chaque jour d’une faim extrême.

Save the Children a attribué la menace humanitaire au fait que « les agences humanitaires sont confrontées à des déficits de financement chroniques dans de nombreux appels d'urgence des Nations Unies pour les zones de conflit et que les parties belligérantes au mépris du droit international humanitaire empêchent de plus en plus les enfants d'atteindre de l'aide. »

 «A chaque fois, nous voyons la famine utilisée comme une arme de guerre lorsque les livraisons de nourriture sont entravées par les belligérants dans des endroits comme le Yémen, la Syrie et le Soudan du Sud», a déclaré Helle Thorning-Schmidt, PDG de l'organisation.

Les Nations Unies pour l'enfance et le conflit armé (CAAC) ont récemment dénombré 1 460 cas de «violations graves» contre des enfants en 2017 en raison du refus d'accès humanitaire, contre 1 014 en  2016 .

MN

Partager cet article :
Articles similaires

Commentaires