Panorapost



Maroc |

Publié le 12 septembre 2018

Dialogue interconfessionnel : Le Roi appelle à un nouvel ordre mondial de la paix

Partager cet article :

 Le roi Mohammed VI a adressé un message aux participants de la deuxième édition de la Conférence internationale sur le dialogue des cultures et des religions, organisée par le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale du Royaume du Maroc (MAECI) et l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF). Dans le message lu par le ministre des droits de l'homme, Mustapha Ramid, le roi a appelé à travailler ensemble pour parvenir à un nouvel ordre mondial pour la paix, tout en soulignant la nécessité de la coexistence et de l'acceptation de la diversité et de la différence.

Tenue à Fès, la conférence a permis au roi de souligner l’attachement indéfectible aux valeurs qui sous-tendent le dialogue interculturel et interreligieux.

«En accueillant cette conférence, mon pays envoie un signal fort, reflétant sa détermination à lancer une nouvelle dynamique - une qui nous permettrait de préparer, ensemble, des voies innovantes pour garantir le respect de la diversité culturelle et religieuse et un engagement commun envers les vertus du dialogue et le respect des autres », a déclaré le roi

Dans ce message, le roi a mis en lumière le modèle unique du Maroc dans la région en termes de constitution, de culture ou de longue histoire. «En effet, notre histoire témoigne d’une longue tradition de coexistence sur le sol marocain - notamment entre musulmans et juifs - et d’ouverture à d’autres religions».

Le caractère distinctif du Maroc est sous-tendu par la Commanderie des croyants et le rite Maliki, a déclaré le monarque, en soulignant qu'une telle institution vise à « protéger la société marocaine contre les démons de la manipulation idéologique et forces subversives, en utilisant, à cette fin, la formation religieuse éclairée basé sur la modération et la tolérance. »

La promotion de la tolérance au Maroc comprend également la Charte de l’uléma de 2008, le plan de supervision religieuse locale, la réhabilitation des écoles pour l’enseignement religieux, la formation des imams et des guides religieux féminins et la révision du programme d’enseignement religieux à l’école dans le message.

«Au Maroc, il n’ya pas de différence entre un citoyen musulman et un citoyen juif», a déclaré le roi, qui a lancé des projets de restauration de cimetières juifs, de rénovation de mellahs et de rénovation de synagogues et de sites religieux juifs en général.

«Quant aux résidents chrétiens et aux visiteurs temporaires, ils ont toujours pratiqué leur foi librement dans les églises», a-t-il déclaré, rappelant que parmi ses ancêtres, «un sultan a donné des terres pour la construction d'une église encore ouverte aux fidèles. à ce jour. »

Le roi a ensuite souligné que la coexistence culturelle au Maroc est le reflet de l'unité du pays. « Ce dernier est façonné par la convergence des composantes arabe, amazigh et saharienne-hassani de notre identité, qui est autant africaine que andalouse, juive et méditerranéenne. »

Le roi Mohammed VI a également appelé à un réexamen de l’approche globale de la migration, rappelant que le Maroc a «accueilli des personnes venant de pays frères sur cette terre africaine aux religions, cultures, traditions, habitudes familiales et modes de vie différents».

Le Maroc «a organisé deux campagnes pour que les migrants régularisent leur statut et a lancé plusieurs programmes visant notamment à assurer l'intégration des migrants, des demandeurs d'asile et de leurs familles», a rappelé le roi.

« Le Maroc s'engage dans une approche humanitaire qui prenne en compte les contextes mondiaux et locaux et respecte les droits et la dignité des migrants », a-t-il déclaré.

Le Maroc, a-t-il déclaré, continuera de travailler dans ce sens avec le même engagement et le même dévouement, notamment en préparation de certains événements à venir, notamment le 11ème Sommet du Forum mondial sur la migration et le développement, qui se tiendra du 5 au 7 décembre 2018. et la Conférence intergouvernementale, qui adoptera le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières, qui se tiendra les 10 et 11 du même mois.

MN

Partager cet article :
Articles similaires

Commentaires