Panorapost



Bref |

Publié le 04 juillet 2018

En réaction à la condamnation des dirigeants de Hirak, El Otmani se rappelle de sa détention

Partager cet article :

Commentant les condamnations prononcées à l'encontre des militants d'Hirak Rif au cours d'une session parlementaire, le chef du gouvernement SaadEddine El Otmani a déclaré qu'il ne pourrait jamais se réjouir de l'emprisonnement d'un citoyen marocain.

El Otmani a rappelé sa propre arrestation et son emprisonnement à la prison de Derb Moulay Cherif à Casablanca au cours des « années de plomb » ou « années de braises » du Maroc entre les années 1960 et 1980. El Otmani a dit qu'il se rapporte à la souffrance des prisonniers.

El Otmani a déclaré qu'à l'époque il était menotté et avait les yeux bandés pendant de longues périodes en prison: « Les circonstances étaient insoutenables et inimaginables. »

Les années de plomb sont considérées comme les pires années de l'histoire du Maroc après l'indépendance. Pendant ces décennies, le droit d'expression a été supprimé, des dissidents et des activistes de la démocratie ont été arrêtés et emprisonnés, et certains ont disparu.

El Otmani a regretté que son gouvernement ne puisse pas intervenir dans l'affaire Hirak Rif, car le « pouvoir judiciaire » est une autorité indépendante.

Pour rappel le mardi 26 juin, la Cour d'appel de Casablanca a condamné les dirigeants de Hirak Nasser Zefzafi et Nabil Ahemjik, ainsi que les militants Ouassim El Boustati et Samir Ghid, à 20 ans de prison ; d'autres activistes ont été condamnés à 1 à 15 ans.

Les militants ont été arrêtés pour leur implication dans les manifestations de Hirak Rif, qui ont eu des échos dans la région d'Al Hoceima en 2016 et 2017.

 

La rédaction

Partager cet article :

Commentaires