Panorapost



Maroc |

Publié le 27 juin 2018

Retour sur la conférence: « enjeux sécuritaires en Afrique » organisée par le centre de politique d'OCP

Partager cet article :

Rabat a abrité les 18 et 19 juin la deuxième édition de la conférence annuelle sur la paix et la sécurité en Afrique pour discuter des grands enjeux de la paix et de la sécurité en Afrique. 

Organisée par OCP Policy Center, un important groupe de réflexion marocain, la conférence du 19 juin visait à « diagnostiquer » et « proposer des solutions » aux problèmes les plus saillants du continent en termes de violence politique, de guerres et d'instabilités connexes.

La conférence a marqué la présence de nombreux panélistes distingués, y compris Youssef Amrani, ministre délégué aux Affaires étrangères et à la Coopération du Maroc; Miguel Angel Moratinos, ancien ministre espagnol des Affaires étrangères; Mahamat Saleh Annadif, chef de la mission de maintien de la paix de l'ONU au Mali; et l'ancien ministre des Affaires étrangères du Tchad, entre autres.

Discutant du thème « Opérations de maintien de la paix en Afrique: réalités et défis», les panélistes ont formulé des recommandations pour tirer parti des ressources disponibles pour rendre le continent plus sûr et plus pacifique.

Malgré la diversité de leurs antécédents et perspectives, la majorité des panélistes ont plaidé en faveur de «la nécessité d'impliquer la société civile et les populations locales dans les missions de maintien de la paix».

Pour fournir aux citoyens dans un pays instable ou en proie à des conflits des abris et une paix relative, leurs besoins et leurs préoccupations doivent être pris en compte, ont suggéré certains panélistes.

D'autres ont déclaré que l'autonomisation de la société civile et des groupes locaux de défense des droits de l'homme pourrait être un moyen plus efficace de «concevoir un nouveau système de maintien de la paix dans les zones de conflits».

De telles discussions arrivent à un moment où l'Afrique est souvent appelée le continent à la croissance la plus rapide, reflétant le récit populaire parmi les économistes et les commentateurs politiques que «l'Afrique est en train de se lever».

Sans nier que le continent ait connu une croissance positive au cours de la dernière décennie, la conférence a suggéré qu'un défi crucial aujourd'hui est de réconcilier les aspects économiques avec les aspects de sécurité pour assurer «une Afrique en croissance et pacifique». Ils ont soutenu qu’aucune croissance économique ne peut attirer les investissements étrangers et les entreprises privées si la paix et la sécurité ne sont pas maintenues.

Selon les panélistes, un autre facteur décisif du succès d'une opération de maintien de la paix continentale consiste à trouver un équilibre entre l'autonomie continentale et l'aide extérieure.

S'il est important que le continent africain assume ses propres responsabilités en matière de maintien de la paix et de sécurité, de nombreux spécialistes ont déclaré que les aspects transnationaux et transatlantiques des défis exigeaient «une forte collaboration entre les gouvernements nationaux, les partenaires internationaux, et les organisations internationales. »

Les panélistes ont estimé que les coûts « matériels et immatériels» du maintien de la paix ne peuvent être couverts que par une forte coopération tripartite entre l'UA, l'ONU et l'UE.

En plus de fournir les fonds nécessaires aux missions de maintien de la paix, les panélistes ont fait valoir que des organes multilatéraux solides et bien équipés pouvaient aider à résoudre d'autres problèmes de sécurité tels que les violations des droits de l'homme, le nettoyage ethnique et l'exploitation sexuelle.

Les organes multilatéraux peuvent également aider à garantir le respect du droit international en enquêtant sur les causes et les auteurs des crimes contre l'humanité à la suite des interventions de maintien de la paix.

MN

Partager cet article :

Commentaires