Panorapost



Business |

Publié le 21 juin 2018

Sommet crucial de l'OPEP demain à Vienne

Partager cet article :

 L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et les pays non membres, tels que la Russie, participeront à leur réunion semestrielle à Vienne, en Autriche, demain.

Selon Reuters des décisions sur l’augmentation de la production de pétrole seront prises et pour l’agence, la Russie non-membre de l’organisation serait d’accord pour cette décision mais impose un certain nombre de garanties sans pour autant les spécifier.

L'augmentation de la production revient sur un accord conclu en 2017 entre l'OPEP et la Russie pour réduire la production de pétrole, augmenter les prix, resserrer le marché et s'attaquer à une surabondance mondiale. 

Tôt jeudi matin, Reuters rapporte que le cours du Brent Crude LCO a chuté de 1,76 USD à 72,98 USD par baril, mais a légèrement remonté à 73,34 USD le baril. Le mois dernier, le pétrole brut de référence avait atteint un sommet de 3 ans et demi, avec des prix supérieurs à 80 dollars le baril.

Au cours des derniers mois, de nombreux appels ont été lancés pour que l'OPEP augmente ses plafonds de production et réduise ses prix. Les appels ont été conduits par une baisse drastique de la production vénézuélienne et la crainte que les exportations iraniennes ne diminuent en raison de la réintégration des sanctions américaines.

L'Iran s'est opposé à l'augmentation de la production, mais le ministre iranien du Pétrole, Bijan Zanganeh, a déclaré mercredi qu'il accepterait une augmentation modeste de la production.

Un responsable de la stratégie pétrolière à la banque française BNP Paribas, a indiqué dans un rapport à Reuters qu'il s'attendait à une légère augmentation de la production. « Il semblerait qu'une augmentation globale de la production pour l'OPEP + comprise entre 500 000 barils par jour (bpj) et 1 million de bpj soit la gamme considérée ».

La Russie avait à l'origine proposé d'augmenter la production à 1,5 million de bpj, mais a rencontré une opposition iranienne féroce. L'Arabie Saoudite a cherché à compromettre le chiffre pour augmenter la production entre 600 000 et 800 000 b / j.

Selon Tamas Varga, analyste chez PVM Oil Associates, l'Arabie saoudite et la Russie « seront opposés à l'Irak, à l'Iran et au Venezuela. Ces derniers ont besoin de tous les pétrodollars auxquels ils peuvent mettre la main pour des raisons politiques et économiques, et le retrait américain de l'accord nucléaire iranien ajoute du piquant à la résistance iranienne dans l'augmentation de la production. » 

Les consommateurs marocains ont connu des prix influencés par les tendances du marché depuis que le gouvernement a déréglementé le pétrole en 2016. La hausse des prix et l'augmentation des marges bénéficiaires pour des sociétés comme Afriquia ont conduit à un boycott soutenu de la société depuis le 20 avril. Le gouvernement marocain a été soumis à une pression croissante pour intervenir et réduire les prix. Récemment, les compagnies pétrolières ont accepté de baisser leurs prix pendant six mois.

La rédaction

Partager cet article :

Commentaires