Panorapost



Opinions |

Publié le 12 juin 2018

Rétro n°9 : « Akhannouch, dégage ! », employés de Centrale Danone dégagez aussi, Daoudi dégage à ton tour, et Trump dégage du G7

Partager cet article :

La fadeur n’est pas passée, elle ne passera jamais…

Lundi. Le fameux warning profit de Centrale Danone est enfin émis. Pas de bénéfices pour son actionnaire quasi unique à 99,68%, mais qui s’en remettra à 100%. Donc pas d’investissements pour le Maroc, par elle, et encore moins de bon lait pour les citoyens, par Zeus ! Depuis, silence radio de CD, qui de Centrale Danone et de Consommation Durable hier… est passée à Contrats Détruits aujourd’hui. L’investissement étranger devient investissement étranglé, et l’économie devrait suivre, SI tout va bien… ou mal.

Mardi : Au parlement, les élus s’inquiètent du secteur du lait, et interrogent… Aziz Akhannouch, le ministre très discret en ces temps très incertains, répond. Lahcen Daoudi  est là, et s’ennuie. Dehors, les employés de Centrale Danone, craignant de devenir des ex-employés, s’agitent, et manifestent mais on ne comprend pas trop… Alors Daoudi, égal à lui-même, droit dans ses bottes et toujours souriant, les rejoint. Saadeddine Elotmani, qui avait « compris les boycotteurs », ne comprend pas du tout le geste de son ministre, et l’engueule. Moralité : Elotmani sait, quand même, engueuler les gens.

Mercredi : Le PJD agit en deux temps, d’abord un avertissement du chef du gouvernement et du PJD Saadeddine Elotmani pour intimer le silence à ses intimes, à ses ouailles, à ses barbes et à ses voiles, puis un Politburo extraordinaire (dans tous les sens du mot), où Lahcen Daoudi jette l’éponge, et un pavé dans la mare. « Un ministre, ça ne (se) manifeste pas, où ça démissionne »… Lui Daoudi, ça manifeste, ça proteste, ça ferme pas sa gueule… et ça démissionne ! Pas mal joué.

Jeudi : Au Maroc, le bac bat son plein, mais au lieu de se focaliser sur les épreuves, l’état d’esprit des jeunes candidats, l’ambiance générale, le gouvernement communique beaucoup sur les chiffres de la triche… 125 ici, 92 ailleurs, en forte baisse dans cette ville, en légère hausse dans cette autre… Dans le monde, on associe le bac aux études supérieures et aux intérêts supérieurs, au Maroc, on le lie à la triche et au bakchich… Une génération montante prometteuse pour un gouvernement fouettard, mais un peu tard.

Vendredi : A Tanger, le roi inaugure deux ports, dont un de pêche. Aziz Akhannouch est ministre (entre autres nombreuses choses) de la pêche, donc il est là. Les officiels sont présents, alignés en cartouchière (ou en sardines), les sécuritaires et protocolaires sont excités comme à leur habitude, faisant de grands gestes dans le vide. Plusieurs hommes aux costumes sombres, aux cravates sombres, le regard tout aussi sombre scrutent alentour… face à une population de badauds gais, souriants et particulièrement enjoués de voir leur roi de près. « Vive notre roi », entend-on jaillir de la foule, ou encore « notre roi est Mohammed VI »… et puis, soudain, « Akhannouch, dégage ! ». Aussi dur que rude pour ledit Akhannouch… Renseignements pris, il s’agit d’un groupe/commando, dirigé par un certain Zaoudi, grand ami de l’incertain Ilyas el Omari. Ce n’est pas le peuple qui veut la peau d’Akhannouch, ni même le PAM… juste un ami du grand petit Ilyas, et peut-être même le grand petit Ilyas lui-même, l’homme qui voulait être tout et qui ne se résout pas à devenir rien. Y verrait-on enfin plus clair dans le boycott ?

Samedi : Au G7, Trump envoie tout le monde sur les roses. Il vient, il rencontre ses amis du G7, ils se met (pas) d’accord sur moult idées et propositions, et Trump, concentré sur son sommet avec le jeune homme de Pyongyang, donne son accord de principe au communiqué final. Puis, fidèle à lui-même et à son habitude, depuis son avion, il change d’avis et dénonce tout et tous. 300 millions d’Occidentaux, 120 millions de Japonais, et moi et moi et moi… Quant au jeune homme précédemment cité, sera-t-il finalement assez fou pour donner crédit à une signature ou une promesse d’Oncle Donald ?

Dimanche : Le Conseil de la FIFA valide la candidature du Maroc et l’expédie vers les 204 fédérations votantes, voire voletantes, du congrès de la même FIFA. En principe, selon le New York Times, Maroc et trio nord-américain sont au coude-à-coude, avec une vingtaine de promesses sûres pour chaque dossier. Le sport n’est pas la politique, certes, c’est bien connu. Mais pour ceux qui connaissent vraiment les choses, le sport EST de la politique, surtout le foot. Oncle Donald est fâché avec tout le monde, ses co-organisateurs Canada, avec qui il veut ériger un mur douanier, et Mexique avec il veut dresser un mur tout court ; il n’est bien ni avec la Russie de Poutine ni avec la Chine de Xi Jinping, il a accablé plusieurs nations de « pays de merde », et s’est mis dans la m… avec les Européens au G7. Il a terrorisé les Sud-américains et essayé de charmer certains autres, très rares. Mondial 2026 ne sera pas le vote pour une candidature, mais pour la dignité des pays. S’ils sont dignes.

A la semaine prochaine… on sera repus et fixés pour le Mondial…

Aziz Boucetta

Partager cet article :
Articles similaires

Commentaires