Panorapost



Mondial |

Publié le 08 juin 2018

Le point sur la candidature américaine, finalement pas solide

Partager cet article :

Les questions sont vives et rapides. Comment justifiez-vous une contradiction apparente dans vos chiffres projetés ? Dans quelle mesure l'impopularité mondiale de Donald Trump agira-t-elle contre vous ? Votre offre concerne-t-elle simplement les budgets plutôt que la passion et le pedigree ?

Une semaine avant le vote très attendu pour la Coupe du Monde 2026, les dirigeants de la candidature nord-américaine ont cherché à justifier pourquoi il est temps que le tournoi revienne à Concacaf après 32 ans plutôt que d'être confié aux « outsiders marocains », c’était lors d’une rencontre avec la presse à Londres.

Le partenariat Etats-Unis-Canada-Mexique devrait s’imposer le 13 juin après avoir été désignés favoris « sur le papier » par les juges de la FIFA, a déclaré à PanoraPost madame Carole Gomez chercheuse à L’IRIS et spécialiste de la géopolitique du sport.

« Bien que les résultats d'inspection puissent être ignorés, le verdict du rapport pourrait mettre la pression sur les membres votants de la FIFA pour qu'ils suivent les conclusions des inspecteurs, notamment éviter la répétition du dernier vote de la Coupe du monde qui a débouché sur plusieurs scandales. Sauf quand jusqu’ici si on parle de scandale notamment des pressions, et menaces c'est plutôt du côté américain. », a ajouté Carole Gomez.

Mais même avec le soutien du président de la FIFA, Gianni Infantino, les trois co-présidents de United 2026 ne laissent rien au hasard, d'ailleurs les sympathies pour le Maroc pourraient aboutir à un scrutin extrêmement serré à Moscou, voire même favorable pour ce dernier, assure-t-elle.

Ce n'est pas seulement de la sympathie bien sûr. Le soi-disant effet Trump - de ses commentaires sur les « pays de merde » et autres - a des répercussions diplomatiques et commerciales. Ce facteur a conduit à des spéculations accrues selon lesquelles le Maroc pourrait obtenir un soutien considérable des fédérations offensées, si bien sûr le Maroc s'engage à exploiter les faiblesses de son rival estime Mme Gomez.

Pourtant, selon le président de US Soccer Carlos Cordeiro tout a été exagéré.

Lors de cette conférence de presse à Londres, Cordeiro a insisté sur le fait que le nom de Trump n'avait même pas été mentionné lors des nombreuses conversations qu'il a eues avec ses deux co-présidents avec les membres votants de la FIFA au cours des derniers mois.

« Nous avons fait plusieurs fois le tour du monde et ce n'est vraiment pas un problème », a déclaré Cordeiro. « Ils veulent connaître les visas pour leurs joueurs, leur équipe et leurs fans, mais ils n'ont pas mentionné Trump. »

Cordeiro qui a présenté une lettre écrite par le président américain le 2 mai à la FIFA pour confirmer une promesse antérieure des autorités américaines qu'il n'y aura pas de répression de l'immigration, a ajouté : « Nous avons fait tout notre possible pour s'assurer que les gens comprennent qu’il ny a pas de discrimination. »

Que Trump soit ou non encore à la Maison Blanche dans huit ans, Cordeiro a pris soin de minimiser les critères politiques et de profiter des avantages de la triple candidature.

« Nous ne voudrions pas être jugés sur la politique d'aujourd'hui », a-t-il déclaré. « Si la FIFA avait un problème avec nos engagements ou nos assurances, nous aurions eu plusieurs marques rouges mais nous ne l'avons pas. »

Quand nous parlons aux électeurs, nous parlons des mérites de notre offre, pas de ce que quelqu'un a pu tweeter, a déclaré le président des fédération canadienne, Steve Reed dans une référence voilée mais évidente à Trump.

Quant au président de la fédération mexicaine Decio De Maria, il a ajouté que : «Nous partageons une frontière de 3120 KM avec les États-Unis et nous avons eu nos différends avec eux dans le passé, nous avons des différences avec eux aujourd'hui et nous aurons des différences demain. Mais le message que nous envoyons est qu'en termes de football, nous sommes unis ».

Cordeiro a insisté sur le fait que l'union avec le Mexique et le Canada n'était pas, « un mariage arrangé ».

Par rapport à la candidature pour le mondial 2022, Cordeiro estime que l’une des différences cruciales réside dans le fait que le scrutin de la semaine prochaine sera un scrutin ouvert parmi les 207 fédérations éligibles de la FIFA, bien que la manière dont la FIFA transmettra au monde la manière dont chaque pays a voté n'est toujours pas claire.

Lors de cette rencontre de Londres, les trois co-présidents ont tenté de répondre à tout ce qui leur était apparu, notamment un décalage perceptible dans les chiffres, un sujet sur lequel les journalistes ont à plusieurs reprises pressé Cordeiro après une récente augmentation de 400 millions de dollars de revenus.

« Quand l'offre a été soumise en mars, il y avait un chiffre de 2,1 milliards de dollars », a déclaré Cordeiro avant d'ajouter United 2026 qui avait « eu l'occasion d'affiner ces chiffres » pour atteindre 2,5 milliards de dollars.

Les trois pays rejettent également les affirmations selon lesquelles les distances entre les sites seraient trop difficiles et que l'Amérique du Nord, avec ses sports plus traditionnels comme le baseball, le hockey sur glace et le football américain, est moins passionnée de football qu'ailleurs.

« La réalité est que c'est le jeu du monde », a déclaré Cordeiro, qui est devenu de plus en plus optimiste à la fin du briefing de 90 minutes. « Le point sur la passion est une vue très blasée. Nous vendons des jeux tous les week-ends », a-t-il répondu

« Concacaf n'a pas eu la Coupe du Monde 32 ans et le mérite. Tant que vous pouvez participer au tournoi avec un certain degré de certitude et générer les revenus, tout le monde en bénéficiera. J'ai le plus grand respect pour l'Afrique et l'Asie d'ailleurs, mais donnez-nous un tour et ne revenez pas nous parler de notre chaleur, de notre température et de nos fuseaux horaires. C'est simplement la réalité », a-t-il conclu.

Mouhamet Ndiongue

Partager cet article :
Articles similaires

Commentaires