Panorapost



International |

Publié le 05 mai 2018

Electrification en Afrique : la Banque Mondiale tire la sonnette et presse le continent

Partager cet article :

La dernière édition d’Africa’s Pulse, rapport semestriel de la Banque mondiale qui analyse l’état des économies africaines, s’intéresse au rôle de l’innovation pour accélérer l’électrification en Afrique. L’amélioration de l’accès à l’électricité est en effet essentielle au développement de la région, qui possède actuellement le taux d’électrification des ménages le plus faible du monde.

« L’accès à l’électricité permettra des gains de productivité inter et intrasectorielle », affirme Albert G. Zeufack, économiste en chef de la Banque mondiale pour la Région Afrique. « Les pays africains doivent adopter la technologie et mettre à profit l’innovation pour que l’électricité soit de qualité, durable et bon marché. »

Le rapport indique qu’en 2016, le taux d’électrification des ménages dans la région s’établissait à 42 % en moyenne. On observe de grandes disparités entre les pays (certains pays fragiles affichent même un taux inférieur à 10 %), mais aussi entre ménages ruraux et urbains (22 %, contre 71 % environ). La région est en outre confrontée à divers problèmes : faible consommation, fourniture irrégulière et peu fiable, coût élevé du kilowatt et entreprises d’électricité déficitaires.

Mettre la technologie et la bonne gouvernance au service de l’électrification

Le rapport se penche sur le potentiel des systèmes domestiques solaires dans les zones faiblement peuplées et isolées. Les progrès rapides de ces technologies pourraient conduire à des réductions de coûts substantielles et permettre d’apporter l’électricité à des populations qui en étaient jusqu’ici privées. Toutefois, s’ils améliorent les conditions de vie, les systèmes domestiques ne peuvent pas à eux seuls accroître les revenus et l’emploi, ni réduire la pauvreté dans ces régions, car ils sont insuffisants pour fournir la quantité d’électricité nécessaire à la plupart des activités productives.

Selon les conclusions du rapport, les mini-réseaux constituent une solution viable pour améliorer l’accès à l’électricité dans les zones où l’extension du réseau coûte cher ou n’est pas encore possible. Même si le développement de ce secteur est jusqu’ici limité en Afrique subsaharienne, à l’exception de la Tanzanie, plusieurs autres pays (comme le Nigéria et le Rwanda) ont entrepris d’importantes réformes de la réglementation afin de réduire les obstacles à ce type d’investissements. Le rapport met en évidence deux principales raisons qui freinent l’engagement du secteur privé dans les mini-réseaux : le problème du recouvrement des coûts et l’incertitude quant aux perspectives d’avenir de cette infrastructure lorsque le réseau commencera à couvrir la zone en question.

« Si l’on veut sauter les étapes traditionnelles de l’électrification qui reposent sur le développement du réseau national, il faut combiner différents systèmes afin de répondre à des besoins divers », explique Punam Chuhan-Pole, économiste principale à la Banque mondiale et auteur du rapport. « Pour développer l’électrification, il faudra impérativement faire appel au secteur privé. »

Selon le rapport, il faut commencer par améliorer la gouvernance du secteur de l’électricité, indépendamment des configurations techniques choisies. Les auteurs recommandent notamment de rationaliser la tarification de l’électricité, d’abaisser les obstacles réglementaires qui limitent l’investissement du secteur privé dans la production sur le réseau et hors réseau, d’accroître l’efficacité et la transparence des entreprises du secteur et d’encourager une réglementation sectorielle plus indépendante.

Mouhamet Ndiongue

Partager cet article :

Commentaires