Panorapost



International |

Publié le 14 avril 2018

Le Premier ministre algérien répond au Maroc sur le Sahara et l’avion crashé

Partager cet article :

Ahmed Ouyahia a inventé une nouvelle méthode de mesure du bilan du gouvernement… généralement, c’est à la fin d’un mandat, d’une année aux commandes, ou même, après 100 jours, que des bilans sont présentés. M. Ouyahia a innové avec « le bilan des 8 mois ». Mais passons. Il en a profité pour répondre au Maroc, suite à la réunion de Laâyoune et aux accusations de connivence avec la présence du Polisario dans l’avion militaire.

Pour le premier point, Ahmed Ouyahia a affirmé que « le rôle de (son) exécutif est de construire des relations avec le Maroc et non l’inverse. Ce n’est pas la peine de dramatiser davantage les choses, surtout que ce pays veut nous entraîner en tant que partie prenante du conflit, alors que sons vis-à-vis est le Polisario ». Le responsable algérien a expliqué également que l’Algérie ne veut pas rentrer dans ce conflit, ce qui va à l’encontre des intérêts géostratégiques ; « nous veillons à régler et à renforcer la relation avec le Maroc », a-t-il ajouté.

Cela fait toujours intelligent de dire « géostratégique », il est vrai…

Sur le second point, celui du crash et de la présence des éléments du Polisario dans l’avion qui s’est écrasé, le Premier ministre algérien a indiqué qu’ « en réponse à certaines interprétations relayées par les médias de pays voisins concernant les passagers sahraouis qui se trouvaient à bord de l'avion qui s'est écrasé mercredi passé à Boufarik (Blida) et leur prétendue présence en Algérie dans le cadre d'une réunion regroupant les cadres militaires du Front Polisario, l'Algérie n'a jamais caché sa solidarité avec le peuple sahraoui et son soutien à sa cause juste ». Regardez la Catalogne et la réaction européenne, ça c’est de la « géostratégie »…

«Des milliers de Sahraouis poursuivent leurs études dans les écoles et les universités algériennes, et d'autres reçoivent les soins nécessaires dans nos hôpitaux », ajoute M. Ouyahia qui précise que « la diffusion pat les autorités sahraouies des noms et fonctions des victimes sahraouies du crash d'avion est un démenti cinglant des informations relayées par les médias marocains, selon lesquelles les victimes sahraouis du crash étaient des éléments du Front Polisario qui se trouvaient en Algérie pour une réunion militaire ». Les Marocains n’ont jamais parlé de réunion militaire, M. Ouyahia, et pourquoi sont-ce les Sahraouis qui ont donné l’information, et non l’armée algérienne qui a observé un coupable mutisme sur la chose.

Mais bon, on choisit ses amis, pas ses voisins, pourrait-on dire…

AB

Partager cet article :

Commentaires