Panorapost



International |

Publié le 09 avril 2018

Le chef d’état-major algérien en visite d’inspection aux frontières avec le Maroc

Partager cet article :

Il n’y a semble-t-il que l’ONU qui n’a pas encore compris que les Algériens sont partie prenante dans le conflit du Sahara. Alors que le Maroc, agacé, menace de se faire justice lui-même, face à l’indifférence manifeste de l’ONU suite aux manœuvres du Polisario dans la zone tampon au Sahara, les Algériens préparent en douce leur armée, à leur frontière occidentale, avec le Maroc.

Ainsi, le vice-ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'Armée nationale populaire (ANP), le général de corps d'armée Ahmed Gaïd Salah (faucon d’entre les faucons) effectue du 9 au 12 avril une visite de travail et d'inspection en 2ème région militaire à Oran, là où les frontières entre les deux pays sont plus ou moins reconnues.

Bien que le général Gaïd Saleh soit très fréquemment sur le terrain pour visiter ses troupes, cette visite dans la 2ème région militaire est la deuxième que le responsable effectue en six mois. Or cela fait six mois précisément que le torchon brûle entre le Maroc et le Polisario, ce dernier ayant la volonté manifeste d’installer ses campements et ses « administrations » dans la zone tampon, démilitarisée et parcourue de tribus nomades. Une sédentarisation est un acte de guerre, considère le Maroc, si l’ONU n’agit pas pour y mettre un terme. Mais le Polisario n’en a cure, certainement encouragé par ses donneurs d’ordre algériens.

Et alors donc que le Maroc sonne la mobilisation, civile, de toutes les forces vives du pays, avec ce déplacement remarqué du gouvernement et des chefs de paris à Laâyoune, le plus haut gradé de l’armée algérienne fait le déplacement à quelques kilomètres du Maroc et harangue ses hommes. Un signal ? Sans doute…

AB

Partager cet article :
Articles similaires

Commentaires