Panorapost



Mondial |

Publié le 27 mars 2018

Mondial 2026 - L’offre américaine vue par... les Américains

Partager cet article :

La FIFA a dévoilé sur son site le dossier de la candidature marocaine Morocco 2026 et celui du trio USA-Canada-Mexique, United 2026, pour l’organisation du Mondial 2026. PanoraPost revient sur les 5 points qui cristallisent le Bid américain United 2026.

Le trio nord-américain entame son dossier en mettant en exergue l’expérience des trois nations. Ainsi, le Canada, le Mexique et les États-Unis « ont accueilli avec succès 13 événements de la FIFA, soit le plus grand nombre de compétitions de nations géographiquement connectées au monde ». Ce chiffre comprend six Coupes du monde de la FIFA (trois hommes et trois femmes) ainsi que six Coupes du monde juniors et la Coupe des Confédérations de la FIFA.

Dans le dossier de candidature, il est fait mention des records de participation à la Coupe des Confédérations de la FIFA et à la Coupe du Monde U-17. Le dossier United 2026 affirme que le Mexique a également établi des records alors qu'il accueillait les Coupes du Monde de la FIFA 1970 et 1986. Il révèle que la Coupe du Monde de la FIFA, aux États-Unis, a dépassé ses notes en 1994 et détient des records encore en vigueur (68.991 spectateurs) et l'ensemble des spectateurs (3.587.538). Le record général de présence est encore plus impressionnant si l'on considère que le tournoi de 24 équipes comprenait seulement 52 matchs, contre 32 équipes et 64 parties depuis les cinq éditions, a précisé le Bid nord-américain.

En outre, « la mémorable » Coupe du Monde Féminine de la FIFA 1999 détient toujours le record d'affluence moyenne pour ce tournoi avec 37.319 spectateurs par match, et au total 1.194.215 spectateurs. Et en parallèle, on apprend que celui de 16 équipes a également obtenu le record général de fréquentation jusqu’en 2015, lorsque la Coupe du Monde Féminine de la FIFA au Canada a porté le chiffre à 1.353.506 spectateurs – un record pour tout tournoi de la FIFA en dehors de la Coupe du Monde.

Stades déjà existants

« Accueillir une Coupe du Monde de la FIFA est un honneur extraordinaire et une opportunité incroyable. Dans le format élargi qui débutera avec l'édition 2026, le plus grand nombre d'équipes (48) et de matches (80) nécessitera plus de stades et d'infrastructures modernes, ainsi que la capacité de soutenir de plus grands groupes de supporters, pour qu'ils assistent à des matches », lit-on.

Le trio américain fait savoir que l’un des grands avantages de l'offre United est que chacune des 23 villes hôtes candidates (17 aux États-Unis et trois pour le Canada et le Mexique) dépasse déjà les exigences en matière d'infrastructures définies par la FIFA. La principale d'entre eux est que chaque ville dispose de stades modernes et de grande capacité qui sont déjà construits et ont un preneur ou un usage confirmé après le tournoi, afin de conserver un héritage durable après la compétition.

Et de promettre qu’« au fil du temps, les 23 villes hôtes candidates améliorent continuellement leurs installations sportives et autres infrastructures existantes, en intégrant les dernières technologies et les capacités, formations et connaissances les plus avancées. Ces améliorations vont au-delà des exigences minimales de la FIFA, donc ce qui est à la pointe de la technologie reste à la pointe de la technologie en 2026, profitant à la communauté mondiale du football et à la disponibilité opérationnelle que ces améliorations offrent ».

Option du site de formation de classe mondiale

Entre les installations de la Major League Soccer, de la Liga MX, de la NFL et de la NCAA, plus de 150 sites d'entraînement et camps de base de classe mondiale ont été sécurisés pour les 48 équipes participantes, révèlent les organisateurs qui ont aussi mis en relief les offres multiculturelles de l'Amérique du Nord où les équipes seront en mesure de trouver tous les conforts des aliments préférés à la maison, la culture locale, les lieux de culte, les locuteurs de langue maternelle (plus de 300 langues différentes sont parlées ici).

Infrastructure en place

En plus d'une expérience avérée dans l'organisation de grands événements sportifs, les Nord-Américains estiment que chacune des villes hôtes candidates dispose d'infrastructures de transport, d'hébergement, médicales, technologiques et autres de classe mondiale, répondant aux exigences de la FIFA ou les ne surpassant jamais.

Réussite commerciale attendue

Les trois nations ayant déjà montré un énorme succès en accueillant les précédents événements de la FIFA, leurs efforts combinés promettent une attente commerciale très importante.

Pour elles, la Coupe du Monde 2026 en Amérique du Nord a le potentiel d'offrir quelque chose d'extraordinaire à la FIFA: la vente de billets, les audiences et les droits, l'engagement numérique, la participation des partenaires, le soutien communautaire, l'impact environnemental, social et économique, etc. et le football. La vision d'accueil et la stratégie de United Bid prévoient que plus de 5,8 millions de tickets seront vendus, générant plus de 2 milliards de dollars de recettes de billetterie et garantissant que chaque stade sera rempli de supporters passionnés du monde entier.

Insistant sur la candidature pour trois nations avec une population combinée, les trois nations estiment approcher 550 millions et un milliard de personnes dans les Amériques d'ici 2026 ; l'influence directe de la Coupe du Monde de la FIFA 2026 en Amérique du Nord est donc significative. Faisant référence au fait que l'Amérique du Nord est déjà un grand marché du sponsoring sportif au monde, les candidats nord-américains déclarent escompter plus de 25% des dépenses mondiales de sponsoring sportif, sans compter les 40 milliards de dollars dépensés au Canada, au Mexique et aux États-Unis à la télévision, publicité radiophonique, Internet et imprimés pour des programmes sportifs et d'autres contenus axés sur le sport.

S’agissant de la position des pays, United 2026 pense qu’en combinant plusieurs fuseaux horaires, et en incluant toute la région de la CONCACAF dans la planification, United Bid ouvre une myriade d'options pour connecter les fans, les diffuseurs et les partenaires commerciaux partout dans le monde. Pour le trio américain, l'Amérique du Nord est la région la plus lucrative au monde pour le football, et l'organisation de la compétition offre à la FIFA l'opportunité de se développer sur de nouveaux fronts commerciaux et d'augmenter les possibilités économiques - en approfondissant les liens avec les amateurs de football existants.

La presse américaine

Une partie de la presse américaine dit s’attendre à ce que les responsables des candidatures nord-américains expliquent aux électeurs de la FIFA la nature conjointe de l'effort et ce que John Kristick, Directeur exécutif de United2026 a qualifié de « certitude » de l'infrastructure préexistante de leur candidature. Le mois dernier, United a réorganisé son leadership en installant les présidents des fédérations de football des trois pays candidats comme co-présidents (ci-contre) pour projeter un esprit d'unité et de coopération dans ce qui avait été vu, probablement à juste titre, comme un effort consenti largement par les seuls États-Unis.

Ces manœuvres étaient largement considérées comme tactiques - trois présidents pouvaient faire pression sur un plus grand nombre d'électeurs de la FIFA - mais aussi sur le plan politique : dans le cadre d'un effort visant à minimiser le rôle des États-Unis dont la justice avait conduit en 2015 à l'éviction des hauts dirigeants et à des accusations criminelles de la FIFA contre des dizaines d'anciens dirigeants de football.

La presse américaine est revenue encore sur la candidature du Maroc qui a soumis une proposition à la FIFA avant la date limite, en estimant que le dossier marocain reste très théorique. Continuant sur les sempiternelles allégations du passé, la presse américaine revient à la charge et juge que Maroc n'a même pas révélé les bases de sa candidature avant le début de l'année, et la nature même de l'événement élargi 2026 en fait un défi monumental pour un seul pays.

Démontant le dossier marocain, les médias américains  affirment que les responsables de la candidature marocaine, par exemple, ont annoncé en février qu'ils souhaitaient utiliser jusqu'à 14 stades pour le tournoi. Mais le pays n'en a actuellement que six qui pourraient être à la hauteur de la tâche, et plusieurs de ces installations auraient besoin d'améliorations majeures pour respecter les normes minimales de capacité et de sécurité fixées par la FIFA pour la Coupe du monde.

Mouhamet Ndiongue

Partager cet article :
Articles similaires

Commentaires