Panorapost



Sport |

Publié le 13 février 2018

Mondial 2026 - La candidature du Maroc vue par les médias anglo-saxons (2ème partie)

Partager cet article :

Panorapost vous livre ici la seconde partie de son immersion dans la presse anglo-saxonne sur la candidature marocaine pour le Mondial 2026.

The Independent Sport (Grande-Bretagne) qui, dans un dossier intitulé : « A l'intérieur de la candidature de la Coupe du Monde 2026 au Maroc : Contre de puissants ennemis, la nation africaine a-t-elle une chance ? ».

Le journal anglais a fait un focus sur les rentabilités financières des deux offres avant de finir par ceci : « Compte tenu de l'importance du marché européen de la télévision lors d'une Coupe du Monde aux revenus de la FIFA, et compte tenu des coûts de fonctionnement relativement moins chers d'un tournoi au Maroc, la candidature marocaine espère que la rentabilité pourrait faire pencher la balance. Même si une Coupe du Monde américaine augmenterait les revenus de la télévision sur leur propre marché ».

Et le journal, plus incisif, dit que face à la puissance conjointe des Etats-Unis, du Canada et du Mexique, le Maroc a besoin de toute l'aide possible qu’il pourrait obtenir. Le journal britannique s’interroge aussi sur la raison pour laquelle la Confédération Africaine de Football (CAF) a  hésité dans son soutien au royaume. Exposant l’attitude du président de la CAF Ahmad Ahmad qui avait dit qu'en raison des réformes de la FIFA il y a maintenant « des exigences, en termes d'éthique et de réglementation » que tout le monde doit respecter, le journal anglais ajoute ce propos du dirigeant africain de football qui, pressé  de questions, dira : « Je vous garantis que je ne serai pas neutre ».

Hicham El Amrani, directeur exécutif de la candidature de Maroc 2026, a insisté sur le nouveau côté légal de la FIFA, au lendemain du Congrès de la CAF: « Nous ne sommes pas déçus, nous soutenons également les règlements de la FIFA, nous suivons les règles de neutralité. Et la direction de la CAF n'a pas caché son désir de les soutenir. Nous n'avons absolument aucun problème avec cela ».

En fin de compte, tout se résumera à la politique, à la fois au niveau mondial et au niveau du football. C’est ce que refuse catégoriquement le très influent média américain ESPN, qui vient avertir que « toute tentative visant à entraîner la politique présidentielle américaine et l'impopularité mondiale du président américain Donald Trump dans la campagne de candidature pourrait devenir un territoire dangereux pour les soumissionnaires nord-africains ». La menace, carrément…

Et ESPN d’enfoncer le clou : « Le Maroc est accablé par son propre passif : des accusations de pots-de-vin contre des offres de Coupe du Monde passées par des procureurs américains dans le cadre d'une enquête tentaculaire sur la FIFA et la corruption dans le football ». Les procureurs américains sont-ils des références en matière de droit, de probité et d’intégrité ?

A propos de Donald Trump, pourtant, les médias britanniques pensent qu’il pourrait bien faire capoter la candidature américaine. Les termes du président de la candidature conjointe Sunil Gulati sont révélateurs du mauvais climat au sein du trio : « Nous voulons certainement le soutien du gouvernement et nous le ferons de toutes les manières. Mais si cela inclut la participation personnelle du gouvernement à la présentation finale réelle je ne peux pas commenter ». Sunil Gulati sera remplacé à la présidence de la fédération américaine de football en février.

Pour sa part, le journal anglais The Guardian est longuement revenu sur les inquiétudes de Sunil Gulati qui a fait part de ses appréhensions politiques concernant la candidature du pays à la Coupe du monde 2026. Le journal fait en effet savoir qu'un nouveau sondage montre que la confiance mondiale dans le leadership américain, globalement et au-delà du foot, est au plus bas.  Les États-Unis sont ainsi, et selon cette étude, largement considérés comme les favoris pour remporter l’organisation du tournoi de 2026. Cependant, un nouveau sondage Gallup réalisé dans 134 pays montre que l'approbation globale pour les Etats-Unis est tombée de 48% sous la présidence de Barack Obama à 30% après une année de Donald Trump. Selon l'enquête, l'Allemagne et la Chine sont désormais considérées comme des leaders mondiaux plus fiables que les Etats-Unis, rapporte le journal.

« L'offre nord-américaine est soutenue par une bien meilleure infrastructure que le Maroc ». Cependant, Gulati dit que d'autres facteurs pourraient entrer en jeu. Par cette déclaration, Gulati semble faire référence à la politique de Trump, mais il  dit avoir le soutien du gouvernement américain. « Nous faisons de notre mieux. Nous avons le soutien de Washington » (Pas de Trump apparemment).

Le londonien Foxsport revient quant à lui sur le plan marketing du Maroc et révèle que le comité de candidature Maroc 2026 embauche des consultants internationaux. Le journal dit que VERO Communication, agence basée à Londres, et qui a travaillé sur la candidature du Qatar à la Coupe du monde de 2022, va « façonner la vision » du tournoi élargi de 48 équipes au Maroc.

A propos toujours de la communication du Maroc, le New York Times verse dans l’allégorie en titrant : « Le Maroc veut accueillir la Coupe du Monde. Juste ne demandez pas de détails » et le journal new-yorkais de continuer « Le Maroc a récemment embauché Vero Communications à Londres pour l'aider à élaborer son message. Vero a aidé à livrer la Coupe du monde 2022 au Qatar et les Jeux olympiques de 2024 à Paris ». Le journal révèle aussi que le Qatar a annoncé en novembre qu'il soutiendrait la candidature du Maroc.

Et le périodique de terminer par la colère des Marocains lorsqu’en décembre, le président de la FIFA, Gianni Infantino, avait semblé donner son soutien à la candidature américaine. « Les candidatures conjointes sont certainement positives », a déclaré M. Infantino lors d'une conférence à Dubaï. « Et permettez-moi de dire une chose de plus : que le Canada, les États-Unis et le Mexique se réunissent pour un projet commun, c'est déjà un message positif. »

Mouhamet Ndiongue

Partager cet article :
Articles similaires

Commentaires