Panorapost



Maroc |

Publié le 25 janvier 2018

Report du procès de journalistes poursuivis pour… avoir fait leur métier

Partager cet article :

C’est le genre d’affaires dans lesquelles on entre, mais dont on ne sait plus comment sortir… Il s’agit du procès intenté à quatre journalistes pour avoir publié des informations sur les délibérations de la Commission de la Chambre des conseillers sur les retraites, et plus particulièrement le témoignage de l’ancien chef du gouvernement Abdelilah Benkirane. Leur procès devait donc commencer ce jeudi 25 janvier.

Et il a en effet commencé, pour s’arrêter aussitôt après. Report au 3 mars. On peut comprendre le juge qui, s’est trouvé face à pas moins de 45 avocats pour défendre les quatre journalistes, et l’élu à la Chambre qui est avec eux dans le « box des accusés ». Et dehors, ils étaient quelques dizaines de manifestants à scander des slogans en faveur de la liberté d’expression, journalistes, syndicalistes et autres…

C’est en effet très gênant de juger quelqu’un qui a fait son travail, et qui l’a aussi, et surtout, bien fait, il faut le souligner. Oui, mais la loi interdit cela. Les délibérations des Commissions d’enquête parlementaires sont secrètes et doivent le rester. Même si ça ne concerne ni la sécurité nationale, ni la défense.

Et les journalistes risquent  5 ans de prison, à doubler éventuellement si on rapporte les détails du témoignage d’une personne convoquée par les membres de la Commission. Ce qu’ils ont fait avec M. Benkirane.

AB

Partager cet article :
Articles similaires

Commentaires