Panorapost



Economie |

Publié le 20 janvier 2018

Le FMI satisfait de la décision de la flexibilité du dirham…

Partager cet article :

La flexibilité du dirham permettra d'améliorer la capacité de l'économie marocaine à absorber les chocs et de préserver sa compétitivité extérieure, a affirmé, vendredi à Washington, le Directeur général adjoint du Fonds monétaire international (FMI), Mitsuhiro Furusawa. Ce dernier présidait une réunion consacrée au Maroc et à l’accord sur la Ligne de précaution et de liquidité (LPL) avec le royaume.

« L'introduction récente d'une plus grande flexibilité des taux de change permettra de promouvoir davantage la position extérieure du Maroc, d'améliorer la capacité de l'économie à absorber les chocs et de préserver sa compétitivité extérieure », a déclaré M. Furusawa, qui a ajouté que « l'adoption de la loi sur la banque centrale et la poursuite des efforts visant à renforcer les capacités de surveillance conformément aux recommandations du Programme d'évaluation du secteur financier de 2015 contribueront à renforcer le cadre stratégique du secteur financier ».

Il est donc tout à fait fortuit que la décision d’introduire une flexibilité du dirham ait été prise deux jours avant cette réunion du FMI… C’est pourtant ce qu’ont martelé le wali de Bank al-Maghrib Abdellatif Jouahri et le ministre des Finances Mohamed Boussaïd devant les journalistes et le parlement. « La décision a été prise en toute souveraineté », ont-ils dit, redit et répété à l’envi…

Lors de sa réunion de vendredi, le conseil d'administration du FMI a achevé la troisième et dernière revue dans le cadre de l'accord sur la LPL destinée à appuyer le programme de réformes économiques au Maroc visant à reconstituer les réserves financières et extérieures et à promouvoir une croissance plus forte et plus inclusive.

« Les autorités (marocaines) sont déterminées à poursuivre des politiques saines (…). Le programme économique du nouveau gouvernement s'inscrit dans le droit fil des réformes clés annoncées dans le cadre du programme appuyé par la LPL, telles que la réduction des vulnérabilités fiscales et externes, tout en renforçant les bases d'une croissance plus inclusive», a souligné M. Furusawa, qui est également Président par intérim du Conseil d’administration de l’institution monétaire.

Le nouveau système est entré en vigueur lundi après des années de discussions. Il s'agissait d'une réforme encouragée par le FMI. La banque centrale marocaine continue de fixer le cours du dirham sur la base d'un panier représentatif de l'euro et du dollar, à raison respectivement de 60% et 40%, mais avec une marge de flexibilité beaucoup plus importante. La bande de fluctuation est en effet passée de 0,3% à 5% (2,5% en plus ou en moins).

Entre un PIB ne reflétant pas vraiment le niveau de la dette et du déficit – selon la Cour des comptes – et la décision sur la flexibilité prise quelques jours avant la discussion ultime sur la PFL, doit-on croire les deux responsables des finances au Maroc ? Disons oui et laissons le temps faire son œuvre …

Aziz Boucetta, avec MAP           

Partager cet article :
Articles similaires

Commentaires