Panorapost



Economie |

Publié le 28 décembre 2017

Le secteur aéronautique en pleine expansion au Maroc

Partager cet article :

Le secteur aéronautique marocain vise à franchir la barre de 26 milliards de DH de chiffre d’affaires et créer 23.000 nouveaux emplois en 2020, a affirmé le ministre de l'Industrie Moulay Hafid Elalamy. Il a précisé que  les industriels, encouragés par la dynamique que connaît ce secteur, ont même revu à la hausse les objectifs et projettent une croissance annuelle de 20% contre 18% initialement. Ils visent aussi un taux d’intégration locale de 42% à l’issue du Plan d’Accélération Industrielle (PAI),

« Nous sommes confiants sur la tenue des objectifs fixés pour le secteur de l'aéronautique: à savoir créer 23.000 nouveaux emplois, atteindre 26 milliards de DH de chiffre d’affaires et doubler le taux d’intégration locale pour le porter à 35% en 2020 », a dit M. Elalamy à la MAP.

Le secteur de l’aéronautique a réalisé une croissance de plus de 18% par rapport à 2016, due une demande réévaluée à 40.000 nouveaux appareils d’ici à 2030, et aussi au recours plus important des constructeurs aux sources émergentes, en raison de la contrainte de réduction des coûts imposée par les compagnies aériennes. Le  secteur emploie aujourd’hui plus de 15.000 personnes.

Il a également fait savoir qu'en 2017, la plateforme aéronautique s’est préparée à davantage d’internationalisation avec le lancement de l’écosystème Boeing qui a permis d’instituer la base industrielle marocaine comme plateforme émergente préférentielle pour l’industrie aéronautique. Et d’ajouter que les activités composites ont permis d’ancrer durablement l’industrie aéronautique, en se positionnant dès à présent sur cette technologie qui remplace progressivement les matériaux plus rigides actuellement utilisés.

La fin de l’année aura été marquée aussi par le lancement des écosystèmes moteur et matériaux composites, a-t-il affirmé, soulignant que les efforts déployés dans le cadre du PAI ont permis de densifier la "supply chain" nationale (gestion de la chaîne logistique). Le ministre a noté par ailleurs que le dernier taux d’intégration locale enregistré est de 29%, soit un gain de 12 points depuis le lancement du PAI, relevant que les responsables du secteur travaillent aux côtés des grands motoristes pour installer leurs fournisseurs et les aider à faire face à l’accélération des cadences de production.

MAP

Partager cet article :
Articles similaires

Commentaires