Panorapost



Maroc |

Publié le 27 décembre 2017

Khaled Mechaal à Rabat

Partager cet article :

L’ancien chef du mouvement palestinien Hamas, Khaled Mechaal, est à Rabat, où il est arrivé en provenance directe de Mauritanie. Il a visité le siège du PJD et s’est rendu plus tard au PPS. La visite se déroule dans une grande discrétion et sous très haute surveillance.

Selon un membre du PJD contacté par Panorapost, « cette visite intervient dans une conjoncture internationale très tendue, en relation avec la question d’al-Qods. Le programme de Mechaal ne sera pas divulgué, pour d’évidentes raisons de sécurité ; vous savez que les sionistes s’autorisent tout… ».

Et de fait, l’ancien patron du Hamas, organisation déclarée terroriste par les Etats-Unis et l’Union européenne, s’est rendu au siège du PJD à Rabat, sous escorte procurée par le palais royal, nous apprend notre source. Il y a rencontré le numéro 2 du parti Driss Azami el Idrissi, et le secrétaire général adjoint Slimane Elomrani.

« Je suis venu au Maroc sur invitation du PJD et de son secrétaire général, mais c’est Sa Majesté le Roi qui nous a ouvert les portes du Maroc que nous aimons, et c’est un grand honneur pour nous », a affirmé Khaled Mechaal, dont c’est la seconde visite au Maroc, après celle de juillet 2012.

Après le PJD, celui qui encore membre du Bureau politique du Hamas et qui réside à Doha au Qatar s’est rendu au PPS où il a été reçu par les dirigeants du parti, à l’exception de Nabil Benabdallah.

Les discussions ont bien évidemment porté sur la question du statut d’al-Qods/Jérusalem après la décision de Donald Trump de transférer l’ambassade américaine de Tel AViv à la vile sainte. « Le Maroc a de tous temps soutenu la cause palestinienne et le statut de Jérusalem. Votre pays a une grande influence dans le monde et plus particulièrement en Afrique, et il peut également exercer cette influence auprès des partis et des parlements européens », a expliqué Mechaal.

Rappelons que la semaine dernière, la décision des Etats-Unis a été sérieusement condamnée par l’Assemblée générale des Nations Unies qui a massivement voté une résolution que le Maroc a parrainée.

AB

Partager cet article :
Articles similaires

Commentaires