Panorapost



Maroc |

Publié le 18 décembre 2017

Le RNI se déploie à Marrakech, et à Dakhla

Partager cet article :

Les congrès régionaux électifs se poursuivent au sein du RNI, les membres du Bureau politique faisant la tournée du royaume pour présider ces grand-messes régionales. Ce weekend, c’était à Marrakech et Dakhla, samedi et dimanche, qu’Aziz Akhannouch et les siens  étaient à la manœuvre.

A Marrakech, le congrès était animé. 500 personnes venues des 8 provinces de la Région, et 500 personnes qui ont des dissensions entre eux, exprimées librement pendant une heure, avec une belle part accordée aux décibels et aux trémolos. Lamia Boutaleb, secrétaire d’Etat au Tourisme, a pris la parole, de plus en plus à l’aise dans ce genre d’exercice, faisant vibrer la salle, autant que Rachid Talbi Alami l’a faite s’endormir. Puis Mbarka Abouaida, détendue comme à son habitude, qui explique le nouveau positionnement du RNI. Le président Aziz Akhannouch prend alors la parole et re-martèle son message : « Nous sommes là pour vous écouter, et vous êtes là pour construire. Ensemble, nous définirons ce qu’est le RNI, et aussi sa démocratie sociale, comme vous le voulez ».

Puis la salle vote, et répond aux questions qui lui sont posées, comme dans les autres Régions. Ainsi, pour les RNIStes de Marrakech Safi, les politiques publiques ne prennent pas parce qu’elles sont mal adaptées aux réalités et ne répondent pas aux besoins réels des populations. Pour eux, les trois valeurs essentielles du parti doivent être la responsabilité, l’égalité et la cohésion sociale.

Quand les militants prennent la parole, ils sont une trentaine à le faire, et les critiques fusent, librement, sous le regard concentré des membres du Bureau politique : on critique la situation à Essaouira (urbanisme, immobilier, activités…), une jeune fille de Safi déroule ses récriminations contre le coordinateur, selon elle aux abonnés absents, on vitupère contre ce qui semble être un éloignement des anciens des affaires du parti, on fulmine contre les discours d’autosatisfaction et de congratulations… Akhannouch reprend la parole, répond à une ou deux questions, puis réplique que lui et ses pairs au BP sont là pour écouter, attendre le vote et l’élection des congressistes pour prendre, ensuite, les décisions.

A Dakhla, devant 250 personnes, les patrons du RNI ont procédé de la même manière, évoquant les problèmes de la Région, interrogeant les congressistes sur leurs priorités, recueillant les réponses et les doléances, et répondant aux interrogations, voire aux interpellations, des RNistes de cette Région supposée contrôlée par l’Istiqlal de Hamdi Ould Rachid.

AB

Partager cet article :

Commentaires