Panorapost



Maroc |

Publié le 30 novembre 2017

Vidéo - Les détails de la photo de groupe des chefs d’Etat et de gouvernement du Sommet d’Abidjan

Partager cet article :

Et finalement, la photo regroupant les participants au Sommet UA-UE d’Abidjan a été prise, chefs d’Etat et de gouvernement d’Europe et d’Afrique réunis. On attendait de voir à quoi cela ressemblerait, et on a vu.

Concernant le Maroc, le roi Mohammed VI était au 1er  rang de la photo, pour la raison que ce sont les chefs d’Etat les plus « marquants et importants » de la conférence qui ont été placés là. Il y avait, ainsi, le Français Emmanuel Macron, l’Allemande Angela Merkel, les présidents de Commissions UA et UE, le secrétaire général des Nations Unies Antonio Guterres et d’autres encore. Mais la préséance protocolaire compte aussi. Le chef de l’Etat marocain est roi, et à ce titre, il ne peut être placé derrière des présidents ou des chefs de gouvernements/Premiers ministres, et c’est ainsi dans tous les aréopages du monde, Europe comprise, Europe surtout.

Mais il y avait également le cas Brahim Ghali, chef du Polisario et de la RASD. Il était là, à sa place, au 3ème  rang, parmi les premiers arrivés… Puis les autres chefs d’Etat se présentent, et se positionnent à l’endroit qui leur est réservé. Ghali n’a pratiquement pas perdu le Roi de vue, alors que ce dernier devisait paisiblement avec son voisin Macron, salué par les chefs d’Etat qui venaient se placer pas loin de lui. Même le Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia est venu dire bonjour, sous le regard amusé de Macron et le regard noir de Ghali.

Après la prise du cliché (voir vidéo ci-dessous), les chefs d’Etat et de gouvernement commencent à se disperser, et le roi Mohammed VI fait deux pas, s’arrête, tout en parlant avec le président français. Brahim Ghali survient, à un mètre ou deux du roi, marque un temps d’hésitation en regardant le roi et le président, puis passe son chemin, seul, et superbement ignoré par les autres responsables et par le roi Mohammed VI, qui ne pouvait pas ne pas l’avoir vu, avec  sa très visible et ample derraîya.

La presse algérienne et les médias du Polisario présentent cette présence de Brahim Ghali avec les chefs d’Etat comme « une grande victoire pour le peuple sahraoui » (non consulté pour avoir son vrai avis), mais pendant qu’ils se congratulaient ainsi, le ministre marocain des Affaires étrangères a affirmé que « la RASD est invisible à nos yeux », et le roi du Maroc recevait tour à tour deux des plus forts soutiens du Polisario, à  savoir le Sud-africain Jacob Zuma et l’Angolais João Lourenço, avec lesquels les échanges ont été particulièrement amicaux, voire chaleureux.

Aziz Boucetta

Partager cet article :
Articles similaires

Commentaires