Panorapost



Maroc |

Publié le 19 novembre 2017

Dernière ligne droite, hachurée, pour le PJD avant son congrès, pour un 3ème mandat pour Benkirane

Partager cet article :

Les réunions s’accélèrent au sein du PJD, dans toutes ses instances, à mesure qu’approche le rendez-vous crucial des 9 et 10 décembre, date du congrès qui désignera le secrétaire général pour les 4 ans à venir. Le 3ème mandat d’Abdelilah Benkirane, secrétaire général sortant, est dans tous les esprits, et la voie est ouverte à toutes les manœuvres.

Ainsi, voici quelques semaines, la Commission des règlements et procédures avait voté une motion pour la révision des articles 16 et 37 des statuts du parti. L’article 16 prévoit deux mandats maximum pour le secrétaire général et le président du Conseil national et l’article 37 porte sur la qualification des membres du secrétariat général, ès-qualité, comme les ministres.

Or, il y a deux procédures parallèles au sein du PJD pour proposer des amendements de statuts au congrès : celle de la Commission préparatoire et celle de la Commission des règlements et procédures. Les deux commissions ont adopté des amendements aux articles susmentionnés. Mais si la commission préparatoire doit soumettre ses délibérations au secrétariat général pour qu’il les propose au Conseil national, lequel les enverra au congrès, il en va différemment pour la commission des règlements et procédures qui, elle, relevant du Conseil national, n’est pas tenue de passer par le secrétariat général.

Et jeudi dernier 16 novembre, la commission préparatoire a soumis ses amendements au secrétariat général pour qu’il vote la décision, ou non, de proposer ces changements au Conseil national. Et la majorité de l’instance suprême du PJD a voté non. Il reste donc la deuxième procédure, celle de la Commission des règlements et procédures, qui contournera le secrétariat général et proposera ses amendements directement au Conseil national dont elle relève.

Abdelilah Benkirane a donc « perdu » sa bataille au secrétariat général, mais, souhaitant de toute évidence obtenir la possibilité d’un 3ème mandat, il attendra donc que la Commission des règlements et procédures soumette ses amendements au Conseil national, qui se réunira en session extraordinaire samedi prochain 25 novembre pour statuer sur toutes les propositions d’amendement des statuts et qui proposera au congrès le mode d’élection du nouveau patron du PJD, jusqu’en 2021.

C’est le fait d’être minoritaire au secrétariat général qui a conduit Benkirane à suggérer l’amendement aussi de l’article 37, pour barrer la route aux ministres ¨PJD pour siéger au secrétariat général.

La question qui se pose aujourd’hui est de savoir si la révision des articles16 et 37 des statuts trouvera son chemin vers le congrès, au Conseil national. SI c’est oui, cela signifiera que Saadeddine Elotmani, président du conseil national et accessoirement chef du gouvernement, est minoritaire au sein du Conseil qu’il préside. Si c’est non, cela voudra dire que c’est Benkirane qui y est en minorité.

Mais selon des indiscrétions obtenues ici et là, il semblerait que Benkirane aura gain de cause, étant très populaire au sein du Conseil national dont les 250 membres environ voteront les amendements pour lui ouvrir la voie vers un 3ème mandat, et aussi, et donc, vers une crise interne au PJD, qui risquera de se prolonger au gouvernement.

Aziz Boucetta

Partager cet article :

Commentaires