Panorapost



International |

Publié le 04 novembre 2017

Le Barça et ses supporters soutiennent les dirigeants catalans incarcérés

Partager cet article :

Le FC Barcelone et ses supporters ultras ont déployé des banderoles de soutien samedi au Camp Nou pour demander la libération de plusieurs membres du gouvernement catalan démis par Madrid et poursuivis et incarcérés par la justice espagnole pour sédition et rébellion.

Le club blaugrana, emblème de l'identité catalane, a fait déployer un immense drapeau catalan ("senyera") dans la tribune latérale du stade, flanqué de part et d'autre des mots "justice" en catalan et en anglais, avant le coup d'envoi de ce match de Championnat d'Espagne contre le Séville FC.

Plusieurs groupes de supporters ultras de la tribune dite "d'animation" du stade ont pour leur part pris place dans le stade à partir de la 10e minute de jeu seulement, afin de protester contre le placement en détention de ces huit dirigeants politiques et de deux responsables d'associations indépendantistes.

Sous la pluie qui s'est abattue sur les gradins à ciel ouvert du stade (99.000 places), les ultras ont ensuite scandé le mot "Llibertat" ("Liberté" en catalan). Ils avaient déployé des banderoles en anglais "Liberté pour les prisonniers politiques" et "Europe, honte à toi".

Habitués à scander des slogans favorables à l'indépendance ces dernières années, les supporters du Barça ont multiplié les gestes politiques depuis le début de l'actuelle crise en Catalogne. Le bras de fer entre Barcelone et Madrid a conduit au placement sous tutelle de la région, quelques heures après la proclamation de la "République de Catalogne" le 27 octobre.

Le 18 octobre, un match contre l'Olympiakos en Ligue des champions (3-1) avait déjà donné lieu à des chants indépendantistes et au déploiement de drapeaux séparatistes en tribune.

Bien qu'il bénéficie d'une aura mondiale et de supporteurs un peu partout sur la planète, le Barça est étroitement lié au sentiment nationaliste catalan, dont il a longtemps été un porte-drapeau sous la dictature franquiste (1939-1975).

Dans la crise politique actuelle, le FC Barcelone est pris entre deux feux : une partie des "socios" (supporters-actionnaires) ont réclamé que le club s'investisse davantage dans la cause séparatiste, quand d'autres à l'inverse rejettent la politisation du club.

Jeudi, le Barça avait publié un communiqué pour "déplorer les incarcérations" et exprimer sa "solidarité" avec les personnes concernées.

AFP

Partager cet article :

Commentaires