Panorapost



Maroc |

Publié le 01 novembre 2017

Aziz Akhannouch revient sur la question du Fonds de développement rural

Partager cet article :

Le ministre de l’Agriculture et de la Pêche maritime Aziz Akhannouch a fait ce mardi 31 octobre un long exposé devant la Commission de contrôle des finances publiques à la Chambre des représentants, dévoilant les ressorts et dessous du Fonds de développement rural, ou FDR, doté d’une enveloppe globale de 50 milliards de DH, à mettre en œuvre sur 7 ans..

Le ministre a ainsi indiqué que la création du FDR a pour objectifs notamment l’amélioration des conditions de vie des populations, à travers le renforcement des équipements et des infrastructures de base, et l’amélioration de la compétitivité de l’économie rurale grâce à la diversification des principales activités génératrices de revenus, tant dans le secteur agricole que non agricole.

Bref aperçu de la longue histoire du Fonds

Créé en 1994 sous le règne du roi défunt Hassan II, ce Fonds devait principalement servir à atténuer les effets de la conjoncture climatique souvent défavorable et des catastrophes naturelles, très souvent ravageuses pour les populations rurales. Mais ce n’est qu’en 1999 que le Fonds a commencé à investir dans des projets consistant en des infrastructures de base, principalement. En 2008, et sur la base d'une convention, il a été convenu que 60% des ressources de ce Fonds soient alloués au ministère de l'Agriculture, et 40% à celui chargé de l'Urbanisme. A partir de 2008, les crédits du Fonds ont connu des augmentations et sont passés de 300 millions de DH  en 2008, à 1,5 milliard en 2013.

Le Fonds dans sa mouture moderne

Le Plan Maroc Vert a été lancé en 2008. Le ministère a commencé en 2009 à préparer le programme pour un développement intégré des zones de montagne. En 2010, l’Agence Nationale pour le développement des zones oasiennes et de l’Arganier a été créée.

En 2012, le Ministère a été chargé de proposer la politique gouvernementale de développement rural et d’en assurer la mise en œuvre et la coordination. En 2013, la stratégie de développement des zones oasiennes et de l’arganier a été adoptée. ·

Le développement agricole a donc fait l’objet d’une réflexion qui a mis près de 15 ans à mûrir, avant de donner naissance à ce fameux Plan Maroc Vert qui a d’ores et déjà dépassé une grande partie de ses objectifs, le ministère de l’Agriculture et le Crédit agricole étant à la manœuvre.

Hiatus gouvernemental

En octobre 2015, une crise a éclaté au sein du gouvernement, autour du FDR. Il était alors question de qui en aurait été l’ordonnateur, Abdelilah Benkirane, agissant en sa qualité le chef du gouvernement, ou Aziz Akhannouch, en tant que ministre de l’Agriculture.

Le premier avait donné son accord de principe au second, avant qu’une campagne médiatique savamment orchestrée par Benkirane ne jette un froid entre les deux hommes, Akhannouch n’appréciant pas le fait que son chef du gouvernement ait menti pour faire la Une des médias.

 D’où viennent les 50 milliards de DH ?

Une enveloppe financière de 10,5 milliards de DH sera investie pour les fonds de développement rural et des zones montagneuses, sur un total de 50 milliards de DH qui seront libérés sur les 7 ans à venir et donc les ressources proviennent de plusieurs institutions, avec les Conseils régionaux qui débourseront 40% du budget. Le budget général de l’Etat versera 10,5 milliards de DH, soit 21% du total. , et les ministères concernés par ces projets de développement rural contribueront à hauteur de 26 milliards de DH.

Quelles affectations ?

Le FDR avait été créé et doté d’une enveloppe budgétaire aussi importante, suite au discours du roi Mohammed VI durant l’été 2015. Ce budget global de 50 MMDH est réparti sur cinq secteurs principaux, selon la communication initiale qui avait été faite de ce projet, monté par le ministère de l’Intérieur, et qui devait bénéficier à 12 millions de personnes réparties sur  253 communautés rurales, dans 37 provinces du Royaume :

1/  Les routes : 36 milliards de DH ;

2/ L’eau : 5,6 milliards de DH ;

3/ L’éducation: 5,1 milliards de DH ;

4/ L’électrification rurale : 1,9 milliard de DH ;

5/  La santé : 1,4 milliard de DH.

Ça démarre

Et ainsi donc, sur les 50 milliards de DH programmés sur 7 ans, ce sont plus de 8 milliards qui seront débloqués cette année, et dont le Fonds et les Régions donneront la plus grande part, soit près de 85%.

AB

Partager cet article :

Commentaires