Panorapost



Economie |

Publié le 30 octobre 2017

Le Maroc est le pays africain le mieux connecté par mer, selon la CNUCED

Partager cet article :

Alors que la communauté internationale vient de se doter d'un nouveau programme de développement et se prépare à conclure un accord international sur le climat, un nouveau rapport de la Conférence des Nations unies sur le Commerce et le Développement (CNUCED), publié mercredi, met en évidence le lien entre le transport maritime et la résilience au changement climatique.

Le transport maritime, qui représente plus de 80% du commerce mondial des marchandises en volume, demeure l'épine dorsale de la mondialisation, indique le rapport de la CNUCED, intitulé 'Revue du transport maritime 2015' ('Review of Maritime Transport 2015'). Il est particulièrement important pour les pays en développement, dont le transport commerce se fait à 90% par voie maritime, ajoute l'étude.

Selon le rapport de la CNUCED, la part mondiale des marchandises affrétées dans des ports de pays en développement en 2014 a été de 60%, alors que la part des marchandises déchargées dans des ports de pays en développement a été de 61%.

« Cela signifie que pour la première fois dans l'histoire, la part, en volume, des pays en développement dans les importations a légèrement dépassé leur part dans les exportations », a déclaré la CNUCED dans un communiqué de presse annonçant la publication du rapport.

Concernant le Maroc, le rapport le classe il se positionne en tête  des hubs du transport maritime en Afrique. Et c’est notamment grâce au port Tanger-Med (photo) que le royaume a connu une forte appréciation de son indice de connectivité, passé de 60 à 70 entre 2016 et 2017, avec plus de de 12 millions d’EVP (équivalant vingt pieds) déployés. En Afrique, ce sont le Maroc et l’Egypte qui sont le mieux connectés, loin devant des pays comme le Nigéria ou l’Afrique du Sud.

Le rapport souligne par ailleurs que le transport maritime est confronté au double défi de la lutte contre le changement climatique et de l'adaptation à ce changement.

Alors que la réduction des émissions de gaz à effet de serre reste cruciale pour garantir des niveaux de réchauffement global acceptables, les effets du changement climatique sur le transport maritime se font déjà sentir.

En effet, précise le rapport, les ports sont particulièrement vulnérables en raison de leur emplacement dans les zones côtières et de basse altitude. Ils sont ainsi susceptibles d'être touchés directement et indirectement par des facteurs climatiques tels que la hausse du niveau des mers, les phénomènes météorologiques extrêmes et la hausse des températures.

Dans ce contexte, renforcer la résilience climatique des systèmes de transport maritime est une condition préalable à leur viabilité à long terme, explique le rapport de la CNUCED.

Partager cet article :

Commentaires