Panorapost



Maroc |

Publié le 11 octobre 2017

Un Russe au Maroc…

Partager cet article :

Le Premier ministre russe Dimitri Medvedev est dans nos murs depuis mardi 10 octobre. Reçu par son homologue marocain Saadeddine Elotmani, le dignitaire russe est arrivé avec une escouade d’hommes d’affaires et de responsables politiques de tous les secteurs et domaines. Une visite intense, qui vient confirmer er renforcer le Partenariat stratégique approfondi entre Moscou et Rabat.

Les entretiens des deux chefs de gouvernements se sont déroulés en présence notamment du ministre d'État chargé des droits de l'Homme Mustapha Ramid et du ministre des Affaires étrangères Nasser Bourita. Puis il y a eu d’autres réunions, élargies à d’autres responsables. Lors de ces entretiens, un intérêt particulier a été porté aux perspectives de développement de la coopération bilatérale dans les domaines clefs, à savoir l’énergie, l’industrie, l’agriculture, outre les moyens de renforcer la coopération douanière, culturelle, militaire et sécuritaire et hisser les échanges commerciaux entre les deux pays.

Onze accords de partenariat bilatéral ont été signés, portant notamment sur le renforcement de la coopération douanière, agricole, militaire, diplomatique, administrative, commerciale et culturelle, et couvrent également l'efficacité énergétique, les énergies renouvelables et l'utilisation pacifique de l'énergie nucléaire.

Le volume des échanges commerciaux entre le Maroc et la Russie est passé d'environ 200 millions de dollars en 2001 à 2,5 milliards de dollars en 2016, ce qui place la Russie au neuvième rang parmi les fournisseurs du Royaume et au 22ème  parmi ses clients.

« J’espère que cette réunion permettra de mieux nous comprendre, de nouer des contacts plus actifs et de discuter de questions liées aux investissements », a dit Dimitri Medvedev. Ils sont comme cela les Russes, ils n’enrobent pas leurs discours de mots creux ou de phrases alambiquées. Ils vont droit au but, et le but de cette visite, en l’occurrence, est le business et la sécurité.

Si, en Algérie, le Russe a parlé prix des hydrocarbures et a soutenu les Algériens dans leur proposition à l’OPEP de réduire la production pour stabiliser les prix, avec le Maroc, les discussions ont été bien larges car elles ont portés sur l’industrie, l’agriculture, l’énergie (avec le gazoduc Nigéria-Maroc), et bien évidemment la sécurité antiterroriste.

Avec MAP

Partager cet article :
Articles similaires

Commentaires