Panorapost



Maroc |

Publié le 07 octobre 2017

Chabat et les siens s’énervent…

Partager cet article :

L’opération de vote se poursuit à Rabat, et les membres du Conseil national défilent… Mais la tension et l’énervement commencent à gagner le camp de Hamid Chabat.

L’élection du secrétaire général de l’Istiqlal pour la période 2017-2021 avance, mais Hamid Chabat vient devant la presse pour expliquer qu’ « il faut éviter que le 7 octobre 2016 ne se répète, sachant que nous sommes un an après, jour pour jour ». Puis il attaque et accuse : « Les services sont là et font leur travail. J’ai vu de mes propres yeux des gens de la police entrer sans badge, dont un que je connais nommément… Comment se fait-il qu’il ait pu rentrer ? ».

A une question de Panorapost sur le rôle des services dans cette élection, Chabat répond que « oui, ils sont là, et je vous dirai tout en temps voulu ». En cas de victoire et en cas d’échec ? « Oui », répond l’encore patron du patri.

Quelques minutes après, son challenger Nizar Baraka passe devant le kiosque de la presse, sans s’arrêter, ayant manifestement décidé de n’accorder aucune déclaration cette journée.

Mais les hommes de Chabat s’énervent et s’en prennent en début d’après-midi aux gens de la sécurité, chargés de filtrer les arrivants. Un moment de tension, un colosse de Chabat a failli en arriver aux mains avec un autre colosse, de la sécurité, sous l’œil placide d’un policier des brigades d’intervention… Un œil placide mais aux aguets, la tension montant crescendo.

Puis, à partir de 14 heures, tout nouvel arrivant est filtré à l’entrée, sous l’œil intraitable des hommes de Chabat (en gris sur la photo ci-contre), postés à l’entrée et tenant des messes basses avec les journalistes, histoire de changer le cours de l’Histoire…

AB

Partager cet article :

Commentaires