Panorapost



Maroc |

Publié le 04 octobre 2017

Les détails de la saisie de 2,588 tonnes de cocaïne, concentrée à 93%, et valant près de 26 milliards de DH

Partager cet article :

Le Bureau central des investigations judiciaires, plus connu sous l’acronyme BCIJ, a fait savoir hier mardi 3 octobre avoir procédé à une saisie record de cocaïne. 2,6 tonnes de cocaïne presque pure, concentrée à 93%, pour un montant de 2,75 milliards de $, soit 25 milliards de DH, ou encore 2,5% du PIB national ! Cela valait des explications, et elles ont été données par Abdelhaq Khiame, qui a tenu aujourd’hui une conférence de presse pour dévoiler les détails de l’opération.

A titre de comparaison, en Colombie, pays producteur de cocaïne par excellence, une saisie a été effectuée en avril, pour 6 tonnes. Mais eux, ce sont les producteurs… En France, au Havre plus précisément, une autre saisie record a été opérée en août, mais pour « seulement » 1,3 tonne de poudre blanche… Cela montre l’ampleur de la prise et du coup de maître du BCIJ.

Le préfet Khiame (en photo principale, souriant, et ci-dessous, au téléphone) a ainsi révélé qu’en plus de la cocaïne, ses hommes ont saisi également deux fusils de chasse et tout un lot de cartouches, ainsi que des sommes importantes d’argent, soit 394.520 euros (plus de 4 millions de DH) et 172.620 DH. Le BCIJ a enfin mis la main sur des téléphones satellitaires, 8 véhicules, plus de la chira. Il  a présenté mercredi dans ses locaux les quelque 2.500 paquets saisis, certains conditionnés sous des logos imitant celui de la marque automobile allemande Volkswagen ou des cigares cubains "Partagas Habana" - généralement utilisés par les grands cartels sud-américains, mexicains ou colombiens, selon M. Khiam.

Cette très importante prise a été effectuée dans les environs de Skhirate, et 13 hommes ont été appréhendés par la police. Des Espagnols, Hollandais et Marocains… D’autres personnes sont activement recherchées.

Abdelhaq Khiame a en outre indiqué que les deux cerveaux de cette opération sont derrière les barreaux depuis 2014, et ce sont eux qui ont permis ce très important coup de filet. Rappelons que c’est à côté de Marrakech qu’une autre saisie record à l’époque, une « broutille » de 225 kgs de cocaïne, avait été effectuée cette année-là 2014.

Selon les premiers éléments de l'enquête, la drogue, en provenance du Venezuela, serait arrivée par voie maritime dans l'extrême sud du pays. Les trafiquants comptaient l'exporter vers l'Europe ou les Émirats arabes unis et en redistribuer une partie dans différentes villes marocaines, a indiqué M. Khiame. « Les réseaux des cartels d'Amérique latine essayent actuellement de profiter de la route africaine, via les pays au sud du Sahara où le contrôle n'est pas serré », a expliqué le patron du BCIJ, relevant de la DGST.

Selon ce dernier, la drogue est entrée au Maroc en provenance de plusieurs fournisseurs, mais l’origine de cette marchandise est le Venezuela une fois sur le territoire marocain, la cargaison est remontée jusqu’à Skhirate, et de là, la vente a commencé, avec des quantités ne dépassant jamais 100 à 120 kilos.

Répondant à une question de notre confrère Mowatine sur les liens entre ces réseaux et ceux de la traite humaine et du trafic d’armes, souvent en relation avec le Polisario, le préfet Khiam a admis l’existence de ces liens, et il a ajouté que l’implication des gens du Polisario est avérée. C’est pour cela qu’il a recommandé, encore une

fois, une fois encore, que la traque de ces criminels, qu’ils soient du Polisario ou non, se fasse en coordination avec l’Algérie. Mais bon…

Partager cet article :

Commentaires